La livre accentue ses pertes après le vote pour un report du Brexit

AWP

1 minutes de lecture

La devise britannique s’échangeait à 1,3231 dollar vers 19h45, contre 1,3338 dollar mercredi soir, et à 85,39 pence pour un euro, contre 84,92 la veille.

La livre sterling a légèrement accentué ses pertes jeudi face à l’euro et au dollar après l’approbation par les députés d’une motion du gouvernement prévoyant un report du Brexit ainsi qu’un nouveau vote sur l’accord de retrait de l’Union Européenne.

«Le résultat était largement attendu, la livre n’a donc pas trop réagi», a expliqué Chris Beauchamp, analyste pour IG, à l’annonce des résultats du vote.

Vers 18H45 GMT (19H45 à Paris), la devise britannique a néanmoins légèrement accentué ses pertes de la journée, s’échangeant à 1,3231 dollar, contre 1,3338 dollar mercredi à 21H00 GMT, et à 85,39 pence pour un euro, contre 84,92 la veille.

La livre restait toutefois proche de ses records atteints mercredi soir après que les députés ont écarté l’hypothèse d’un «no deal», à 1,3381 dollar pour une livre, son plus haut niveau depuis juin, et 84,73 pence pour un euro, un sommet depuis mai 2017.

Selon M. Beauchamp, la récente hausse de la devise a été alimentée par «les espoirs qu’une sortie sans accord serait évitée, et qu’en résulterait un Brexit doux, voire un second référendum».

A 15 jours de la date prévue du Brexit, les députés ont décidé son report par 412 voix, contre 202. La motion prévoit un court report, jusqu’au 30 juin, si les députés approuvent d’ici le 20 mars l’accord de retrait de l’UE de Theresa May, qu’ils ont déjà retoqué à deux reprises. Si l’accord est recalé à nouveau, le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera l’organisation des élections pour le Parlement européen en mai.

L’Union européenne devra approuver toute demande de report.

Les milieux d’affaires faisaient quant à eux part de leur soulagement à l’image du lobby financier de la City de Londres.

La cheffe politique de la City, Catherine McGuinness, a salué la décision du Parlement de reporter le Brexit mais a prévenu que l’incertitude persistait.

«Le gouvernement doit désormais apporter de la clarté sur ce qu’un report signifie afin qu’une solution soit trouvée rapidement pour sortir de l’impasse et permettre aux entreprises de trouver la certitude dont elles ont besoin», a-t-elle estimé.