La livre volatile, ballottée par l’accord fragile sur le Brexit

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, la devise britannique montait de 0,34% face au billet vert, à 1,2875 dollar, mais reculait de 0,13% face à l’euro, à 86,40 pence pour un euro.

La livre sterling montait face au dollar et reculait un peu face à l’euro jeudi au cours d’une séance mouvementée, d’abord marquée par l’optimisme sur l’accord de Brexit puis les craintes de son rejet par le Parlement britannique.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la livre sterling montait de 0,34% face au billet vert, à 1,2875 dollar, mais reculait de 0,13% face à l’euro, à 86,40 pence pour un euro.

«La livre est montée à son plus haut en cinq mois (face aux deux devises) après l’annonce que (le Premier ministre britannique) Boris Johnson était parvenu à un accord avec l’UE, préparant le terrain à une sortie pacifique d’ici à deux semaines», note Joe Manimbo, de Western Union.

Dans la foulée de l’annonce de ce compromis, la livre est monté jusqu’à 1,2990 dollar et 85,76 pence pour un euro.

«Les doutes sur l’approbation parlementaire d’un quelconque accord ont cependant fait perdre à la livre une partie de ses gains», précise M. Manimbo.

La devise britannique a, du coup, brusquement chuté face à l’euro et au dollar dans les heures ayant suivi l’annonce de l’accord, avant de regagner un peu de terrain.

Confirmant sa position exprimée plus tôt dans la matinée, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié clé des conservateurs au Parlement britannique, a précisé dans un communiqué qu’il ne serait «pas en mesure de soutenir ces propositions au Parlement».

Le chef du parti travailliste, principale formation d’opposition, a, quant à lui, appelé les députés britanniques à «rejeter» l’accord de Brexit entre Londres et l’Union européenne, rendant très incertaine l’adoption du texte par le Parlement.

«Et pendant ce temps, le 10 Downing Street pousse l’Union européenne à rejeter la demande de report, plaidant pour cet accord ou une sortie sans accord», a souligné Joshua Mahony, analyste pour IG.

Les parlementaires ont voté en septembre l’obligation pour Boris Johnson de demander un report du Brexit pour éviter un «no deal», alors qu’il a promis de sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre quoi qu’il arrive.

Le dollar était, lui, en recul par rapport à l’euro, lesté notamment par des indicateurs décevants aux Etats-Unis, où la production industrielle et les mises en chantier de logements ont reculé.

La monnaie unique européenne prenait 0,47% face au billet vert, à 1,1124 dollar.