L’euro au plus bas en un mois et demi face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

Vers 14h40, l’euro perdait 0,19% face au billet vert, à 1,0988 dollar.

L’euro a atteint vendredi un plus bas depuis un mois et demi face au dollar, dans un marché calme au lendemain de Thanksgiving et au début d’une séance américaine écourtée.

Vers 13h40 GMT (14h40 HEC), l’euro perdait 0,19% face au billet vert, à 1,0988 dollar.

Sortant de sa torpeur du début de séance, il a quelque peu baissé et atteint vers 13H15 GMT un plus bas depuis la mi-octobre à 1,0981 dollar.

Malgré ce mouvement, le marché restait assez calme alors que la volatilité de la paire euro-dollar est tombée un peu plus tôt à un niveau jamais vu depuis la création de la monnaie unique.

«La volatilité sur le marché des changes est inexistante», avait d’ailleurs observé plus tôt dans la journée Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

En outre, l’optimisme semblait toujours dominer au sujet de la conclusion d’un accord commercial sino-américain, les marchés faisant visiblement peu de cas de la récente dispute autour d’une loi américaine soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong. Ce qui n’aide pas la monnaie unique à se reprendre.

«L’actuelle faible volatilité et un plus grand appétit pour le risque des investisseurs mondiaux ont créé un environnement moins favorable pour les devises à faible rendement comme l’euro», ont expliqué Derek Halpenny et Lee Hardman, analystes pour MUFG.

Face à une économie qui tourne au ralenti, la Banque centrale européenne ne parvient pas à sortir de son cycle monétaire ultra-accommodant, lancé il y a plusieurs années pour faire face à la crise.

Récemment, «il y a eu des spéculations sur le fait que la banque pourrait ajuster sa cible (d’inflation) à simplement 2% pour supprimer la pression à resserrer sa politique monétaire dès que l’inflation dépasse 1,5%», ont expliqué les analystes du courtier Sucden.

Pour le moment, la BCE vise une hausse des prix inférieure mais proche des 2%.

«A moyen terme, cela signifie probablement une politique monétaire plus accommodante», ont ajouté les analystes de Sucden.