L’euro soutenu face au dollar par le potentiel report des taxes autos

AWP

1 minutes de lecture

La monnaie européenne s’échangeait à 1,1201 dollar vers 21h contre 1,1204 dollar mardi soir.

L’euro se stabilisait en fin de journée mercredi face au dollar, profitant d’informations de presse suggérant que l’administration Trump envisage de repousser l’imposition de tarifs douaniers punitifs sur les importations d’automobiles.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro s’échangeait à 1,1201 dollar contre 1,1204 dollar mardi à 21H00 GMT.

En légère baisse face au billet vert, la monnaie unique s’est soudainement redressée lorsque des informations de presse ont fait état d’un potentiel report de six mois de l’imposition de taxes douanières supplémentaires dans le secteur automobile, des tarifs particulièrement redoutés en Europe.

Le président américain doit annoncer officiellement sa décision d’ici samedi, conformément à la législation.

Alors que la montée des tensions entre les Etats-Unis et la Chine secoue les marchés depuis plusieurs séances, l’annonce d’un potentiel répit sur ce front «a été bien accueillie par les marchés, ce qui a fait grimper les actions et reculer les devises considérées comme des valeurs refuge», a remarqué Ed Moya d’Oanda.

Les acteurs du marché continuaient toutefois à scruter les soubresauts de la guerre commerciale sino-américaine.

Pour les analystes de Commerzbank, la fragilité du billet vert dans ce contexte s’explique par le scepticisme des investisseurs sur le fait que les taxes, en renchérissant le prix des biens importés, puissent engendrer de l’inflation.

Au contraire, «le marché ne voit que l’impact économique négatif des taxes qui, selon lui, vont même faire baisser l’inflation à long terme, ce qui va provoquer une baisse des taux d’intérêt».

La Réserve fédérale américaine peut en effet décider d’abaisser ses taux directeurs pour stimuler l’économie, ce qui a néanmoins pour conséquence de rendre le dollar moins rémunérateur et donc moins attractif pour les cambistes.

La livre sterling de son côté pâtissait de nouveau des incertitudes entourant le Brexit alors que les députés du Royaume-Uni se préparent à voter, début juin, sur un nouveau projet de loi présenté par Theresa May.

Son «incapacité à sortir jusqu’à présent de l’impasse du Brexit a déjà complètement miné la devise», a commenté Joe Manimbo de Western Union. «Le marché a le sentiment qu’un nouveau vote négatif pourrait lui coûter son poste.»

La livre britannique baissait nettement face à l’euro à 87,21 pence pour un euro contre 86,82 pence mardi à 19H00 GMT, comme face au billet vert, à 1,2844 dollar, contre 1,2905 mardi soir.

Le yen montait un peu face à l’euro, à 122,73 yens pour un euro contre 122,81 mardi soir, et se stabilisait face au dollar, à 109,56 yens pour un dollar contre 109,61 yens pour un dollar mardi à 21H00 GMT.

La devise suisse perdait un peu de terrain face à la monnaie européenne, à 1,1308 franc suisse pour un euro contre 1,1301 lundi soir, et se stabilisait face au billet vert, à 1,0095 franc suisse pour un dollar contre 1,0087 la veille.

La monnaie chinoise s’échangeait à 6,8762 yuans pour un dollar, contre 6,8752 yuans pour un dollar vers 15H30 GMT. Elle était tombée mardi à 6,8895 yuans pour un dollar, son plus bas niveau depuis fin décembre.

L’once d’or valait 1.295,85 dollars contre 1.296,90 dollars mardi à 21H00 GMT.

Enfin, le bitcoin valait 8.203,41 dollars au lieu de 7.719,92 dollars mardi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.