L’euro peine à se reprendre face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

La devise européenne valait 1,1581 dollar vers 21h contre 1,1590 dollar mardi soir.

L’euro reculait légèrement mercredi face au dollar dans un marché continuant à s’interroger sur les politiques monétaires des grandes banques centrales et sur l’effet des tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires.

Vers 19h00 GMT (21h00 heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1581 dollar contre 1,1590 dollar mardi à 21h00 GMT.

La devise européenne montait face à la monnaie nipponne à 127,88 yens, contre 127,56 yens mardi soir.

Le dollar progressait face à la devise japonaise à 110,39 yens, contre 110,06 yens la veille.

En l’absence d’indicateur économique majeur, le marché des changes était entre autres guidé par «les considérations politiques et les commentaires de banquiers centraux» réunis à une conférence à Sintra au Portugal, a estimé Boris Schlossberg de BK Asset Management.

L’euro est notamment descendu, selon lui, jusqu’à 1,1535 dollar «après des commentaires (du gouverneur de la banque d’Autriche et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne) Ewald Nowotny, pour qui l’euro devrait encore se déprécier face au dollar».

La monnaie unique avait déjà été pénalisée la veille par des propos de Mario Draghi, le président de la BCE, qui «a répété qu’ils resteraient +patients+ pour déterminer le moment d’une première hausse des taux et qu’ils auront ensuite une approche +graduelle+ dans l’ajustement de leur politique», a expliqué Lee Hardman, analyste pour MUFG.

La semaine dernière, après sa réunion, la BCE avait déjà indiqué qu’elle ne prévoyait pas de hausse des taux avant l’été 2019, ce qui avait provoqué un plongeon de la devise européenne.

«Vu l’absence d’inflation dans la zone euro et l’escalade de la rhétorique guerrière à Washington, les responsables de la BCE semblent vouloir mener un effort coordonné pour faire baisser le taux de l’euro face au dollar afin de compenser les taxes à l’importation que l’administration Trump pourrait envisager», a estimé M. Schlossberg.

Le dollar de son côté «reste principalement soutenu par la perspective d’une remontée plus rapide des taux d’intérêt aux Etats-Unis que dans la zone euro, au Royaume-Uni ou au Japon», a souligné Omer Esiner de Commonwealth Foreign Exchange.

La Banque d’Angleterre rendra publique jeudi sa décision de politique monétaire. Un maintien du taux d’intérêt à 0,5% est unanimement attendu

La livre a en attendant rebondi mercredi après avoir touché son plus bas niveau en sept mois face au dollar alors que le gouvernement de Theresa May a réussi à étouffer une fronde des députés europhiles en faisant passer au Parlement son projet de loi sur le retrait de l’Union européenne.

Vers 19h00 GMT, l’once d’or valait 1.269,45 dollars contre 1,274,70 dollars mardi.

La monnaie chinoise a terminé à 6,4738 yuans pour un dollar contre 6,4854 mardi à 15h30 GMT.

Le bitcoin valait 6.748,64 dollars, contre 6.695,44 dollars mardi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.