L’euro poursuit sa baisse face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

Pénalisé par les attentes concernant la BCE, l’euro perdait 0,12% face au billet vert, à 1,1043 dollar peu avant 11h.

L’euro entamait vendredi sa cinquième séance d’affilée de baisse face au dollar, tombant à un plus bas en un mois, pénalisé par les incertitudes politiques et les prévisions d’assouplissement monétaire.

Vers 08H50 GMT (10H50 HEC), l’euro perdait 0,12% face au billet vert, à 1,1043 dollar. Vers 07H20 GMT, il est tombé jusqu’à 1,1033, un niveau plus vu depuis début août.

Jeudi, le gouverneur de la Banque des Pays-Bas, Klaas Knot, a déclaré que l’économie de la zone euro n’était pas assez faible pour justifier une reprise d’achats de dette.

«L’euro est brièvement monté mais s’est approché du seuil de 1,11 dollar, provoquant un mouvement de vente et un nouveau plus bas de la journée un peu avant la clôture européenne», ont commenté les analystes du courtier Sucden.

Selon Derek Halpenny et Fritz Louw, analystes pour MUFG, le marché table majoritairement sur «un assouplissement monétaire agressif de la BCE lors de la prochaine réunion le 12 septembre».

Jeudi, la future présidente de la BCE Christine Lagarde a dévoilé ses intentions en affirmant vouloir maintenir le cap de large soutien à l’économie de la zone euro de l’Italien Mario Draghi, malgré les critiques qu’il suscite.

«Il est clair que la politique monétaire a besoin de rester très accommodante dans un avenir prévisible», a-t-elle dit dans des réponses écrites au Parlement européen.

Une politique monétaire accommodante rend l’euro moins rémunérateur et donc moins attractif pour les cambistes.

«La monnaie unique est également confrontée aux retombées des tensions commerciales prolongées entre les États-Unis et la Chine, aux incertitudes liées au Brexit et à l’agitation politique en Italie, qui conduisent à de sombres perspectives pour elle», a en outre souligné Han Tan, analyste pour FXTM.

Jeudi, le porte-parole du ministère du Commerce chinois a fait un geste d’apaisement en laissant entendre que les autorités pourraient ne pas riposter aux dernières surtaxes douanières américaines, ce qui a quelque peu rassuré les marchés.

Concernant le Brexit, l’incertitude reste très élevée après que le Premier ministre Boris Johnson a annoncé la suspension du Parlement plusieurs semaines avant le Brexit.

Une Cour écossaise doit rendre vendredi une première décision à ce propos, alors que les détracteurs de M. Johnson ont dénoncé un «coup d’Etat».

En Italie, le Premier ministre sortant Giuseppe Conte a accepté jeudi de former un gouvernement basé sur une majorité inédite entre les sociaux-démocrates et les inclassables Cinq Etoiles.

Le projet de nouvelle coalition devra néanmoins être validé par les parlementaires mais aussi être soumis au vote de la plateforme Rousseau, site internet de «démocratie directe» du M5S. Un scrutin incertain.

A lire aussi...