L’euro recule un peu face au dollar, dans l’attente des banques centrales

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21H00, l’euro perdait 0,08% face au billet vert à 1,1039 dollar.

L’euro baissait légèrement mardi face au dollar dans un marché calme, les investisseurs attendant une réunion de la Banque centrale européenne et surveillant le Brexit.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,08% face au billet vert à 1,1039 dollar.

La livre sterling, de son côté, se stabilisait face au billet vert, à 1,2346 dollar, et montait de 0,08% face à la devise européenne, à 89,42 pence pour un euro.

«Le billet vert se redresse un peu (...) mais l’action reste limitée avant une salve de décisions de banques centrales dans les jours à venir», remarque Joe Manimbo de Western Union.

Cette semaine, l’attention des investisseurs se tournera vers la réunion de la Banque centrale européenne jeudi, où des mesures de relance de l’activité économique sont attendues.

«Mais la barre pour un ensemble de mesures très accommodantes a été mise tellement haute qu’elles pourraient décevoir le marché», a expliqué Neil Wilson, analyste pour Markets.com, soulignant une tendance légèrement favorable à la devise européenne.

Un assouplissement monétaire rend la devise moins rémunératrice et donc moins attractive pour les cambistes.

Ce sera ensuite à la Banque centrale américaine d’annoncer, le 18 septembre, d’éventuelles mesures destinées à redonner du tonus à la croissance de la première puissance économique mondiale.

Les banques centrales d’Angleterre, du Japon et de Suisse doivent aussi se réunir la semaine prochaine.

Concernant la livre sterling, qui a nettement grimpé lundi après de bonnes données économiques pour le pays, «les investisseurs vont scruter attentivement ce que le gouvernement va faire», a souligné Fiona Cincotta, analyste pour City Index.

Les députés britanniques ont infligé mardi une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en refusant encore une fois de déclencher des législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu’au 14 octobre, deux semaines seulement avant la date prévue pour le Brexit.

Le dirigeant conservateur a déclaré qu’il allait «s’évertuer à obtenir un accord» d’ici au sommet européen les 17 et 18 octobre à Bruxelles.

La possibilité que Boris Johnson «va chercher d’une manière ou d’une autre à ignorer le Parlement pour provoquer un Brexit sans accord va probablement faire baisser la livre», a commenté Mme Cincotta.