L’euro tout proche de 1,13 dollar, la devise US affaiblie par la Fed

AWP

2 minutes de lecture

La monnaie européenne s’échange à 1,1296 dollar vers 21h contre 1,1226 mercredi soir.

L’euro s’affichait en nette hausse jeudi face à un dollar affaibli depuis la veille par les annonces de la banque centrale américaine (Fed) qui a ouvert la porte à une future baisse de taux.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris) l’euro gagnait 0,6% face au billet vert, à 1,1296 dollar contre 1,1226 mercredi à 21H00 GMT.

Le dollar est aussi tombé à son plus bas depuis janvier face au franc suisse (-1,4% à 0,9803 franc suisse pour un dollar) et face au yen (-0,8% à 107,72 yens pour un dollar).

L’once d’or est aussi montée à son plus haut niveau depuis 2013, et valait 1.390,43 dollars contre 1.360,43 dollars mercredi soir (+2,2%).

«L’appétit envers le dollar s’est atténué à la vitesse de la lumière tandis que le marché table sur une baisse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine», a expliqué Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

Si la Fed a laissé mercredi ses taux inchangés entre 2,25% et 2,50% - comme l’avaient anticipé une majorité d’analystes -, elle a prévenu aussi qu’elle abandonnait son attitude de «patience» face aux multiples incertitudes économiques causées notamment par la guerre commerciale sino-américaine.

La Fed a par ailleurs abaissé sa prévision d’inflation aux Etats-Unis pour cette année à 1,5% au lieu de 1,8% projeté en mars, loin de son objectif de 2% mais laissé sa prévision de croissance en l’état à 2,1%.

Une grande majorité d’acteurs financiers estiment que la baisse des taux interviendra fin juillet, lors de la prochaine réunion de politique monétaire.

Une baisse rend le dollar moins rémunérateur et donc moins attractif pour les investisseurs.

Toutefois, a souligné Boris Schlossberg de BK Asset Management, «on sent bien que les responsables de la Fed restent réticents à abaisser les taux considérablement au moment où les responsables ont peu d’outils à leur disposition si les conditions économiques venaient à se dégrader rapidement».

«C’est pourquoi il sera particulièrement important de scruter les statistiques économiques dans le mois à venir», a-t-il ajouté.

Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank, soulignait de son côté que les dires de la Fed intervenaient au lendemain de commentaires du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui a lui aussi laissé la porte ouverte à une nouvelle baisse des taux de la BCE.

«A moyen terme, ce qui va compter c’est quelle banque centrale sera perçue comme la plus active par le marché», a souligné le spécialiste en signalant un penchant pour la Fed.

La livre britannique, de son côté, a quelque peu souffert jeudi après que la Banque d’Angleterre a souligné les risques croissants qui pèsent sur l’économie, et notamment l’incertitude concernant le Brexit.

Vers 19H00 GMT, l’euro reculait légèrement face au yen, à 121,15 yens, et plus nettement face au franc suisse, à 1,1073 franc suisse.

La devise britannique remontait face au dollar à 1,2703 dollar, et baissait face à l’euro à 88,92 pence pour un euro.

La monnaie chinoise profitait de la faiblesse du dollar pour atteindre un plus haut depuis plus d’un mois face à lui à 6,8407 yuans pour un dollar vers 08H05 GMT. Il a terminé à 6,8506 yuans pour un dollar, contre 6,9036 yuans mercredi à 15H30 GMT.

Le bitcoin valait 9.330,39 dollars contre 9.167,27 mercredi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.