Euronext bénéficie de l’intégration de la Bourse de Dublin

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net de l’opérateur boursier européen est ressorti à 56,6 millions d’euros entre avril et juin, un chiffre inférieur à celui attendu par le consensus d’analystes.

L’opérateur boursier européen Euronext a vu son bénéfice net progresser de 5% au deuxième trimestre, profitant d’une hausse de son activité liée notamment à l’intégration de la Bourse de Dublin et d’une politique de réduction des coûts, selon un communiqué publié vendredi.

Le bénéfice net de l’opérateur boursier européen est ressorti à 56,6 millions d’euros entre avril et juin, un chiffre inférieur à celui attendu par le consensus d’analystes de Factset (58,6 millions d’euros).

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) s’est établi à 88,6 millions d’euros, soit une progression de 11,9% sur un an, tandis que le consensus donné par Factset attendait 88,4 millions d’euros.

La marge d’Ebitda s’est toutefois légèrement repliée à 56,3% du chiffre d’affaires contre 57,7% en 2017, précise l’opérateur boursier.

En revanche, le chiffre d’affaires d’Euronext a progressé de 14,6% à 157,3 millions d’euros, soit au-dessus des attentes du consensus établi par Factset (155,8 millions d’euros).

L’opérateur boursier a notamment profité «de la consolidation d’Euronext Dublin et de FastMatch», contribuant au chiffre d’affaires à hauteur de respectivement 8,7 et 5,6 millions d’euros, précise le communiqué du groupe.

En outre, il a également bénéficié des activités de «trading», «données de marché» et «indices».

L’opérateur boursier avait annoncé la finalisation du rachat de la Bourse de Dublin fin mars, pour un montant de 137 millions d’euros. Elle a ainsi rejoint Euronext aux côté des places de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne.