Donald Trump n’est pas «emballé» par un dollar fort

AWP

1 minutes de lecture

Le président américain tacle à nouveau la Fed en indiquant qu’elle maintient le dollar haut avec ses taux d’intérêt élevés.

Le président américain Donald Trump s’est déclaré jeudi mécontent d’un dollar qu’il juge trop fort et qui handicape selon lui l’industrie manufacturière américaine.

Dans une série de tweets, M. Trump s’en est aussi pris à nouveau à la Banque centrale (Fed) qui avec «ses taux d’intérêt élevés garde le dollar haut». «En tant que président, on pourrait penser que je suis emballé par notre dollar très fort. Je ne le suis pas!», écrit-il.

Depuis un an, le billet vert a gagné environ 3,5% face à l’euro.

Jeudi, le dollar reculait toutefois légèrement face à l’euro, la monnaie unique valant 1,12 dollar vers 15H30 GMT.

L’hôte de la Maison Blanche voit d’un mauvais oeil le renforcement relatif du dollar qui renchérit les produits américains à l’exportation et facilite l’entrée des importations moins chères alors que l’administration américaine est en pleine guerre commerciale avec la Chine.

«Les taux d’intérêt élevés de la Fed, par comparaison avec les autres pays, conservent le dollar haut, rendant plus difficile à nos grands industriels comme Caterpillar, Boeing, John Deere, nos constructeurs automobiles, de rivaliser sur un pied d’égalité», écrit Donald Trump.

Ces propos tranchent avec la politique adoptée depuis plusieurs décennies par l’administration américaine qui a toujours promu l’idée d’un dollar fort.

«Si la Fed réduisait les taux substantiellement (...) le dollar permettrait à nos compagnies de gagner contre la concurrence», a ajouté le président.

En début de semaine, le yuan chinois a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, son niveau le plus bas depuis 11 ans.

La nouvelle a été vue comme une escalade dans la guerre commerciale entre Pékin et Washington, après la menace du président américain Donald Trump d’étendre des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations en provenance de Chine à compter du 1er septembre.