Danske Bank: recul du bénéfice net après un scandale de blanchiment

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net s’est élevé à 15 milliards de couronnes (2,27 milliards de francs) sur l’ensemble de l’année, soit une chute de -28% par rapport à 2017.

La plus grande banque danoise, Danske Bank, enferrée dans un scandale de blanchiment faramineux qui lui vaut plusieurs enquêtes, a annoncé vendredi des bénéfices en fort recul en 2018, enregistrant cependant une activité dynamique.

Le bénéfice net s’est élevé à 15 milliards de couronnes (2,27 milliards de francs) sur l’ensemble de l’année, soit une chute de -28% par rapport à 2017.

Année «éprouvante», 2018 a été marquée par la hausse des prêts dans toute la région nordique: 6% en Suède, 4% en Finlande, 3% en Norvège et 1% au Danemark.

Danske Bank a aussi, et surtout, engagé des mesures pour regagner la confiance du public et des marchés à la suite des révélations de blanchiment dans sa filiale estonienne.

Quelque 200 milliards d’euros, dont une majorité considérée suspecte, ont transité entre 2007 et 2015 via les comptes de 15’000 clients ne résidant pas en Estonie.

Ces transactions sont visées par différentes enquêtes ouvertes, au Danemark, à Bruxelles, à Londres ou encore aux États-Unis.

«Nous allons raffermir nos efforts en matière de conformité et de lutte contre le blanchiment d’argent pour devenir les meilleurs parmi nos pairs», a affirmé le directeur-général intérimaire, Jesper Nielsen, aux commandes de la banque depuis la démission de son prédécesseur en plein coeur du scandale.

La banque, qui a perdu 11’000 clients privés en 2018 (à peine 1% du total), tient à redorer son blason.

Les résultats font ressortir une donation de 1,5 milliard de couronnes au troisième trimestre, versées à une fondation luttant contre la criminalité économique.

Ce don est d’un montant équivalent aux revenus tirés des activités suspectes.

L’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé récemment la note de Danske Bank, indiquant craindre pour elle de «lourdes amendes».