Alcon voit ses recettes stagner en début d’année

AWP

2 minutes de lecture

Le résultat d’exploitation a souffert des frais engagés pour l’établissement en une société autonome. L’action clôture sur un gain de 1,6%.

Le géant des dispositifs ophtalmiques Alcon a réalisé un chiffre d’affaire stable sur un an de 1,78 milliard de dollars au premier trimestre, tandis que le résultat d’exploitation a souffert notamment des frais engagés pour l’établissement en une société autonome.

La publication des chiffres constitue une première, alors qu’Alcon a été séparé de Novartis et introduit en Bourse le 9 avril.

Le chiffre d’affaires annoncé par Alcon est identique à celui que Novartis avait articulé en avril à la rubrique «activités non poursuivies». A taux de change constant, les ventes ont progressé de 4%, a précisé Alcon dans un communiqué diffusé mercredi soir.

Sur le plan opérationnel, le géant des dispositifs ophtalmiques a essuyé une perte de 48 millions, contre un excédent de 73 millions un an plus tôt. Ajusté de tout élément jugé exceptionnel par la direction, l’excédent d’exploitation s’est érodé de 8,2% à 314 millions.

Le recul du résultat opérationnel de base s’explique notamment par les frais de déploiement du nouveau système SAP et par les sommes consacrées à la recherche et au développement.

Sans surprise

Les chiffres publiés par Alcon sont à peu près conformes aux attentes des analystes. Le consensus AWP s’établissait à 1,78 milliard de dollars pour le chiffre d’affaires et 303 millions pour le bénéfice opérationnel de base.

L’entreprise a aussi publié des données sur ses deux divisions Surgical (dispositifs chirurgicaux) et Vision Care (lentilles de contact, produits de soins). Le chiffre d’affaires de la première a augmenté de 2% à 1,0 milliard de dollars (+7% à taux constants). Celui de la seconde a atteint 777 millions, en recul de 3% (+1% à taux constants).

Sur l’ensemble de l’exercice, Alcon ambitionne de générer une croissance de 3 à 5% en monnaies locales, assortie d’une marge d’exploitation de base de 17 à 18%. La direction se montre également optimiste à plus long terme.

«Notre entreprise est désormais prête à opérer comme une entité autonome», a assuré le directeur général (CEO) David Endicott à l’occasion d’une téléconférence à l’attention des investisseurs. «Nous bénéficions de mégatendances fortes, comme l’accroissement de la population des plus de 60 ans dans les pays industrialisés, ainsi que l’essor d’une classe moyenne dans les marchés émergents», a-t-il ajouté.

Au cours des prochaines années, Alcon entend mettre à profit son infrastructure existante, afin d’améliorer et d’optimiser ses processus opérationnels. Son patron souhaite en outre promouvoir de nouveaux modèles d’affaires censés améliorer l’expérience client et renforcer le potentiel du portefeuille de produits-phares.

Valorisation surfaite

Saluant la performance réalisée par les dispositifs chirurgicaux, les analystes soulignent que le cours actuel du titre prend pour argent comptant les ambitions précédemment affichées par la direction à l’horizon 2023 et comprenant une croissance annualisée de 4% à 6%, sur la base d’un marché global en hausse de 4%, assortie d’une marge opérationnelle de base de 20 à 25%.

Vontobel n’exclut pas une concrétisation de ces objectifs à moyen terme, malgré la faiblesse dans les consommables ophtalmiques et une rentabilité toujours modeste. La banque de gestion zurichoise juge néanmoins la valorisation boursière actuelle par trop flatteuse.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) relève un excédent d’exploitation inférieur aux attentes, mais qui s’explique aisément par les frais non récurrents engagés pour l’établissement d’une société autonome.

Jefferies relève de son côté une croissance sous-jacente supérieure à ses attentes, bien que la performance comptabilisée a souffert d’effets de changes plus handicapants que prévu. La demande en dispositifs chirurgicaux notamment s’est avérée réjouissante, poursuit la banque d’investissement américaine.

Après un début de séance difficile, la nominative Alcon a pris un moment la tête des valeurs vedettes de SIX, avant de rentrer dans le rang, clôturant sur une avancée de 1,6% à 62,60 francs, dans un SMI en hausse de 1,88%.