Wall Street divisée face aux premiers résultats d’entreprises

AWP

2 minutes de lecture

Le Dow Jones termine proche des 29'000 points, en hausse de 0,11% à 28’939,67 points, et le Nasdaq clôture en baisse de 0,24% à 9’251,33 points.

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé mardi, entre les résultats solides de grandes entreprises comme JPMorgan Chase, un regain d’incertitudes sur les relations entre Washington et Pékin et l’idée que les indices sont déjà à un niveau élevé.

Son indice vedette, le Dow Jones, s’est apprécié de 0,11% pour finir à 28’939,67 points.

Le Nasdaq (-0,24% à 9’251,33 points) et le S&P 500 (-0,15% à 3’283,15 points) ont, eux, légèrement reculé après avoir atteint la veille des sommets inédits.

Avant l’ouverture de la séance mardi, les banques JPMorgan Chase (+1,17%), Citigroup (+1,56%) ainsi que la compagnie aérienne Delta Air Lines (+3,29%) ont donné le coup d’envoi officieux de la saison des résultats trimestriels en publiant des chiffres dépassant les attentes.

Première banque américaine par actifs et membre du Dow Jones, JPMorgan a notamment enregistré en 2019 un bénéfice net record de 36,43 milliards de dollars.

Citigroup affiche pour sa part un bénéfice net annuel de 19,4 milliards de dollars.

Seule la banque Wells Fargo (-5,39%) a un peu déçu avec notamment un bénéfice net divisé par deux, à 2,9 milliards de dollars.

Mercredi, ce sera au tour de Bank of America (+1,43%) et Goldman Sachs (+0,42%) de dévoiler leurs résultats avant Morgan Stanley (+0,34%) jeudi.

Delta Air Lines a, elle, profité d’une progression de ses ventes, d’une baisse des prix du kérosène et de l’impact positif de la vente de sa participation dans la compagnie brésilienne GOL.

D’autres nouvelles étaient aussi plutôt de nature à alimenter l’enthousiasme des investisseurs, comme le fait que les exportations totales de la Chine ont grimpé de 7,6% sur un an en décembre, signe d’un regain de vigueur de la deuxième puissance économique mondiale.

Même l’indicateur sur l’inflation aux Etats-Unis, qui s’est établie à 2,3% en décembre selon l’indice CPI publié par le département du Travail, était de bon augure car «il ne va pas inciter la Réserve fédérale à repenser sa politique monétaire dans l’immédiat», estime Patrick O’Hare, de Briefing.

Pinterest devant Snapchat

Les indices ont, en revanche, été bousculés en cours de séance par un article de l’agence Bloomberg affirmant que l’administration américaine allait probablement laisser en place les actuels tarifs douaniers sur les biens chinois jusqu’à l’élection présidentielle.

Même si l’administration Trump avait déjà renoncé en décembre à imposer de nouveaux droits de douane à la Chine et diminué de moitié ceux imposés le 1er septembre sur 120 milliards de dollars de biens chinois, les marchés espéraient qu’avec l’accord commercial partiel qui doit être signé mercredi, l’apaisement des tensions entre les deux parties pourrait éventuellement mener à un abaissement plus prononcé des taxes douanières.

«Cela apporte encore un peu plus de confusion sur le sujet», remarque Karl Haeling, de LBBW.

Pour le spécialiste toutefois, le marché a surtout obéi à un mouvement de rotation, les investisseurs se délaissant de certains titres technologiques ayant beaucoup augmenté ces derniers temps pour se tourner vers d’autres secteurs.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis reculait vers 21H20 GMT à 1,811%, contre 1,846% lundi à la clôture.

Parmi les autres valeurs du jour, l’émetteur de cartes de crédit Visa s’est apprécié de 0,37% après l’annonce de l’achat, pour 5,3 milliards de dollars, de Plaid. Cette société fournit la solution technique permettant de faire l’intermédiaire entre les comptes bancaires des particuliers et les applications de finance ou de paiement comme Transferwise, Acorns ou Venmo.

Le New York Times, qui a annoncé avoir franchi la barre des 5 millions d’abonnés, principalement grâce à une nouvelle accélération de son portefeuille d’abonnés numériques, a pris 4,60%.

Pinterest, l’application qui permet de partager les photos de ses hobbies, a bondi de 9,63%. Selon la société d’étude de marché eMarketer, le groupe est redevenu le troisième réseau social des États-Unis en 2019 devant Snapchat (-0,06% pour la maison mère Snap).

Le spécialiste du redressement des dents SmileDirectClub s’est envolé de 14,71% après avoir annoncé qu’il vendrait désormais ses appareils aussi aux cabinets de dentistes, et non plus seulement directement en ligne aux particuliers.