Wall Street finit en légère hausse, le S&P 500 à un record

AWP

1 minutes de lecture

L’indice élargi clôture sur une avancée de 0,29% à 2’973,01 points. Progression de même ampleur pour le Dow Jones à 26’786,68 points.

L’indice S&P 500 a terminé mardi à un nouveau record en deux jours à Wall Street, bien que la tendance générale ait été à une modeste progression en raison des incertitudes au sujet des dossiers commerciaux et d’un plongeon des cours du pétrole.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le S&P 500 a pris 0,29% à 2’973,01 points.

L’indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,26%, à 26’786,68 points, et l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,22%, à 8’109,09 points.

Malgré le record enregistré sur le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grosses entreprises cotées aux Etats-Unis, «cela a été une séance assez calme et les indices sont restés relativement plats», a observé Quincy Krosby de Prudential Financial.

«L’enthousiasme autour du G20 a semblé s’évaporer avec la menace de nouvelles taxes contre l’Union européenne», a ajouté la spécialiste.

Plusieurs analystes ont expliqué le manque d’entrain des indices par la menace des Etats-Unis d’imposer à l’UE de nouvelles taxes notamment sur des fromages et whiskies européens.

Le bureau du Représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, a lancé lundi des consultations en vue d’imposer des tarifs sur ces produits qui représentent une valeur commerciale de 4 milliards de dollars.

Cette nouvelle est intervenue peu après l’annonce d’une trêve entre Pékin et Washington dans leur féroce guerre commerciale, à la suite d’une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping durant le week-end.

Après avoir suscité un vent d’optimisme, cette trêve a rapidement été moins bien accueillie dans la mesure où les désaccords semblent être encore nombreux entre les deux pays.

Plus généralement, les dossiers de conflits commerciaux entre les Etats-Unis et ses partenaires à travers le monde font craindre aux acteurs du marché un ralentissement plus fort de la croissance mondiale.

C’est cette crainte de ralentissement de l’économie qui a notamment fait plonger les cours du pétrole de plus de 4% à New York et Londres mardi.

Prises dans cette chute, les majors ExxonMobil et Chevron ont perdu 1,10% et 1,53%, et les sociétés Schlumberger et ConocoPhillips 0,36% et 3,45%, pesant sur la tendance générale.

Sur le marché obligataire, le taux d’intérêt à dix ans sur la dette américaine reculait, à 1,98% contre 2,04% lundi à la clôture.