UBS recommande les actions d’entreprises axées sur le marché domestique

AWP

1 minutes de lecture

Ces conseils interviennent alors que le protectionnisme gagne en intensité globalement, une tendance illustrée par le litige commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

En 2020, les entreprises axées sur leur marché domestique devraient tirer leur épingle du jeu dans un contexte mondial incertain, selon UBS. Les stratèges de la grande banque recommandent d’investir dans ces sociétés, tout en restant prudents sur le marché obligataire.

Les sociétés tournées vers leurs marchés intérieurs et la consommation sont à privilégier, car elles sont moins exposées au commerce international et aux investissements des entreprises, affirme mercredi le rapport «Year Ahead».

Ces conseils interviennent alors que le protectionnisme gagne en intensité globalement, une tendance illustrée par le litige commercial entre les Etats-Unis et la Chine. A cela il faut ajouter un ralentissement conjoncturel qui assèche les carnets de commandes des entreprises industrielles tournées vers l’exportation.

Les spécialistes du numéro un bancaire helvétique recommandent également d’investir dans des «actions de qualité offrant des dividendes élevés».

Plombées par la faiblesse des taux, les obligations offrent actuellement peu de rendement. Raison pour laquelle UBS prône une «approche modérée» pour les titres à taux fixe, sur lesquels pèse également l’augmentation du risque de crédit.

Les matières premières demeurent une classe d’actifs à inclure dans le portefeuille d’investissement, à condition de bien sélectionner. A ce jeu, les stratèges de Global Wealth Management, l’unité de gestion de fortune d’UBS, préfèrent les métaux précieux au détriment des matières premières cycliques.

Une combinaison de devises bénéficiant du statut de «refuge», comme le franc, figure parmi les solutions de placement proposées.

Le rapport «Year Ahead» 2020 retient trois thématiques, à savoir la transformation numérique, les thérapies géniques et la pénurie d’eau. Pour la décennie à venir, les spécialistes de la grande banque prédisent l’avènement d’un «monde transformé» et anticipent l’installation de 790 millions d’individus en ville.

La main d’oeuvre va diminuer de 25 millions de personnes dans les pays développés et progresser de 470 millions dans les émergents. Internet gagnera 2,2 milliards d’utilisateurs, pour un total de 7,5% autour du globe, affirme le communiqué.

Les économistes d’UBS ont confirmé les récentes prévisions de croissance pour la Suisse, attendue à 0,7% cette année et à 0,9% pour la prochaine.