Tokyo: le Nikkei plonge encore de 1,46%

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a lâché 321,13 points à 21.602,59 points. Il avait déjà abandonné 1,51% mardi pour sa première séance après des congés exceptionnels de dix jours.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a chuté de 1,46% mercredi, plombé par les effets des dissensions commerciales sino-américaines qui durent depuis des mois et dont l’issue demeure incertaine.

A la fin des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a lâché 321,13 points à 21.602,59 points. Il avait déjà abandonné 1,51% mardi pour sa première séance de transactions après des congés exceptionnels de dix jours notamment liés à l’abdication de l’empereur Akihito.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a perdu mercredi pour sa part 1,72% (-27,51 points) à 1.572,33 points.

Des discussions jugées déterminantes doivent se tenir entre Chinois et Américains jeudi et vendredi à Washington.

Le vice premier ministre Liu He va comme prévu diriger les tractations pour la partie chinoise.

Ces pourparlers doivent se tenir alors que le président américain Donald Trump a relancé la guerre commerciale avec Pékin en menaçant d’imposer dès ce vendredi de nouveaux droits de douane sur des produits chinois.

Les entreprises japonaises sont sensibles à ce bras de fer en tant que fournisseurs d’équipements industriels, de matériaux et de nombreux composants entrant dans des produits assemblés en Chine pour le marché américain.

Sans compter que le déséquilibre commercial entre les Etats-Unis et le Japon déplaît aussi à M. Trump.

A cela s’est ajoutée une orientation défavorable des devises: le dollar glissait à 110,05 yens contre 110,62 yens mardi à la clôture de la place tokyoïte, et l’euro fléchissait à 123,40 yens, contre 124,01 yens. Un renforcement de la monnaie nippone pousse à céder des actions de groupes exportateurs nippons, car leurs recettes encaissées en devises à l’étranger risquent d’être moins importantes qu’espéré une fois converties en yens.

Sur les 225 composantes du Nikkei, la quasi intégralité ont dévissé.

Parmi les actions des sociétés sensibles à la crise commerciale sino-chinoise, le spécialiste des galettes de silicium Sumco a lâché 5,13% à 1.330 yens.

Le fabricant de deux roues et moteurs Yamaha Motor a décroché de 13,37% à 1.950 yens, au lendemain de la publication de résultats trimestriels peu appréciés.

Le géant de l’automobile Toyota a perdu 0,95% à 6.759 yens après avoir annoncé une chute de 25% de son bénéfice net annuel 2018/19. Un rebond est espéré cette année et un plan de rachat d’actions a limité le recul du titre.

La compagnie aérienne Japan Airlines (JAL) a lâché 3,58% à 3.685 yens en raison des effets d’un problème de bornes d’enregistrement automatique rencontré mercredi matin. Une trentaine de vols ont dû être annulés.

L’action de SoftBank Group a de son côté grigonté 0,04% à 11.470 yens, alors que l’entreprise a indiqué ne pas avoir à répercuter sur ses propres comptes des pertes enregistrées par Sprint, sa filiale de mobiles aux Etats-Unis.

Le titre de SoftBank Corp, l’entité de prestations de télécoms cellulaires de SoftBank Group au Japon, a pris 0,61% à 1.311 yens avant l’annonce de ses résultats et d’une montée au capital du portail de services internet Yahoo Japan.

A noter enfin le bond de 8,03% à 2.273 yens de l’action de la galerie marchande en ligne de vêtements Zozo, après des commentaires positifs d’un responsable d’un fonds japonais.