Tokyo: le Nikkei aligne une quatrième séance de baisse cette semaine

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a chuté de 0,27%. Il a perdu 4,11% sur l’ensemble de la semaine. L’indice élargi Topix a lâché pour sa part vendredi 0,08%.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini vendredi sur une nouvelle baisse, la quatrième de suite cette semaine, l’entrée en vigueur de nouvelles taxes douanières aux Etats-Unis contre la Chine ravivant les craintes de répercussions sur les entreprises japonaises.

A l’issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a chuté de 0,27% (-57,21 points) à 21.344,92 points. Il a perdu 4,11% sur l’ensemble de la semaine réduite à quatre jours après une période de 10 journées de congés en partie liés à l’abdication de l’empereur Akihito.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lâché pour sa part vendredi 0,08% (-1,29 point) à 1.549,42 points.

Du côté des devises, le dollar valait 109,72 yens, en recul par rapport à son cours au moment de la clôture de la place tokyoïte jeudi (109,90 yens), tandis que l’euro remontait à 123,18 yens, contre 123,05 yens.

«Les marchés ne cèdent pas totalement au pessimisme, ils sont pour le moment attentistes» alors que les négociations entre Washington et Pékin se poursuivent, a commenté pour l’AFP Tsuyoshi Ueno, économiste au sein de l’institut de recherche NLI. «Le pire scénario serait une rupture des négociations sans nouvelle date fixée», a-t-il ajouté.

Quelques minutes après la hausse des droits de douane américains sur les produits chinois, Pékin a promis de répliquer en imposant ses propres sanctions.

La Bourse de Tokyo avait pourtant débuté dans le vert, peut-être aidée par l’annonce avant l’ouverture d’une nette hausse de la consommation des ménages au Japon en mars.

Débandade générale

Sur le front des valeurs, le groupe automobile Mitsubishi Motors s’est illustré par un plongeon de 13,77% à 507 yens, au lendemain de la publication de décevantes prévisions financières. Le bénéfice net devrait être divisé par deux cette année, a-t-il averti.

Dans le même secteur, Subaru a aussi souffert (-2,65% à 2.453 yens), plombé par l’annonce de profits en chute à cause de rappels massifs de véhicules et de divers scandales.

Les autres constructeurs s’en sont mieux sortis, Toyota ne perdant que 0,12% à 6.537 yens et Nissan finissant à l’équilibre (+0,01% à 858,5 yens).

Le géant des télécommunications et services en ligne SoftBank Group a quant à lui décroché de 5,41% à 10.925 yens. Il a certes fait état jeudi d’une envolée de 36% sur un an de son bénéfice net annuel, mais les investisseurs ont visiblement été refroidis par des détails sur les conditions d’introduction en Bourse d’Uber.

Le leader mondial de la réservation de voitures avec chauffeur, dont SoftBank est le premier actionnaire (à hauteur de 16%), va faire son entrée à Wall Street vendredi au prix de 45 dollars l’action, en bas de la fourchette évoquée jusqu’ici.

A noter aussi, la dégringolade de l’action Panasonic (-6,50% à 915,7 yens). Le géant de l’électronique et de l’électroménager Panasonic s’attend à un net recul de ses profits cette année.

Sharp a aussi chuté de 5,72% à 1.071 yens après avoir fait état de recettes et gains d’exploitation en repli à cause de méventes d’écrans LCD.