Les Bourses asiatiques requinquées malgré le coronavirus

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a clôturé en hausse de 2,38% à 23.873,59 points, tandis que le Topix a gagné 2,07% à 1.736,98 points.

A l’instar de Wall Street la veille, les principales Bourses asiatiques ont fini en nette hausse jeudi, soutenues par le reflux des inquiétudes sur l’épidémie de coronavirus et une réduction des taxes chinoises sur des importations américaines.

Les Bourses de Chine continentale ont connu une troisième séance de rebond d’affilée: l’indice composite de Shanghai a pris 1,72%, à 2.866,51 points et celui de Shenzhen a gagné 2,90%, à 1.727,24 points.

Shanghai et Shenzhen s’étaient effondrées d’environ 8% lundi à leur reprise après les congés du Nouvel an lunaire, avant de rebondir les jours suivants, encouragées par de massives injections de liquidités de la banque centrale.

A Hong Kong, les cours ont bondi jeudi de 2,64%, à 27.493,70 points.

Et l’indice vedette Nikkei de la Bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 2,38% à 23.873,59 points, tandis que l’indice élargi Topix a gagné 2,07% à 1.736,98 points.

Les marchés asiatiques ont été dopés jeudi par les niveaux inédits atteints à Wall Street par les indices Nasdaq et S&P, ainsi que par l’envolée de l’indice vedette new-yorkais Dow Jones, après notamment de robustes chiffres de l’emploi américain.

Les gains ont encore accéléré quand la Chine a annoncé la réduction de moitié de ses droits de douane sur 75 milliards de dollars d’importations américaines, à compter du 14 février.

Cette mesure, qui intervient un mois après la signature d’une trêve dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, «vise à promouvoir un développement sain et stable des relations économiques et commerciales sino-américaines», ont fait valoir les autorités chinoises.

Dans une note, les analystes de Wanlong Securities soulignent que les gains ont «pratiquement effacé l’effet de l’épidémie» du nouveau coronavirus, qui a fait plus de 560 morts en Chine continentale depuis son apparition fin décembre.

Malgré les restrictions imposées sur les déplacements pour contenir la propagation de la pneumonie virale, les grands groupes de transport ont repris des couleurs: +1,58% pour China Railway Group, +2,44% pour China Southern Airlines et +3,07% pour China Eastern Airlines.

Du côté des valeurs

TOYOTA RELÈVE SES PRÉVISIONS

L’action Toyota a nettement accéléré en fin de séance pour finir sur un gain de 2,58% à 7.914 yens. Le géant automobile a notamment relevé jeudi ses prévisions de bénéfice net et de bénéfice opérationnel pour son exercice 2019/20, grâce à une nouvelle performance solide et supérieure aux attentes au troisième trimestre.

Les autres valeurs automobiles japonaises ont aussi nettement grimpé, à l’instar de Honda (+3,09% à 2.937 yens) et Nissan (+1,92% à 604 yens).

L’ÉLECTRONIQUE EN VUE

Les valeurs japonaises du secteur de l’électronique ont pleinement profité de la baisse du yen, du reflux des inquiétudes des investisseurs sur le coronavirus et d’espoirs de nouvelles mesures de soutien de Pékin à l’économie chinoise. Sony, qui avait reculé mercredi, a notamment rebondi de 2,43% à 7.845 yens, Alps Alpine a pris 4,6% à 2.003 yens et TDK 4,23% à 12.320 yens.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen refluait face au dollar: vers 09H25 GMT un dollar s’échangeait pour 109,81 yens, contre 109,41 yens la veille après la fermeture de la Bourse de Tokyo, point de repère des investisseurs nippons.

La monnaie japonaise s’affaiblissait aussi par rapport à l’euro, qui valait 120,84 yens jeudi contre 120,73 yens la veille.

La monnaie européenne se renforçait face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,1004 dollar, après 1,0998 dollar à 20H00 GMT.

Les cours du pétrole, qui avaient déjà rebondi mercredi après quatre séances de baisse d’affilée, ont poursuivi leur hausse jeudi en Asie: vers 09H15 GMT le baril de brut américain WTI gagnait 1,66% à 51,59 dollars et le baril de Brent de la mer du Nord avançait de 1,14% à 55,91 dollars.