Les marchés asiatiques de nouveau perturbés par la guerre commerciale

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a abandonné 0,64%. Le Topix a perdu 0,45%. Le Hang Seng a cédé 0,2%. Shanghai a gagné 0,31% et Shenzhen a pris 0,55%.

 

Les Bourses de Tokyo et Hong Kong ont reculé mardi, après une nouvelle poussée de fièvre sur le front de la guerre commerciale, que Washington a étendue lundi vers l’Amérique du Sud avant de menacer aussi la France.

A Tokyo l’indice vedette Nikkei a abandonné 0,64% à 23’379,81 points, modérant finalement ses pertes par rapport au début de la séance. L’indice élargi Topix a perdu 0,45% à 1706,73 points.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a cédé 0,2% à 26’391,30 points. A l’inverse, les places de Chine continentale ont légèrement progressé: l’indice composite de Shanghai a gagné 0,31% pour finir à 2.884,70 points, et celui de Shenzhen a pris 0,55% à 1605,33 points.

La Bourse de New York, dont la clôture précédente donne généralement le ton à Tokyo, avait nettement reculé lundi après un indicateur décevant sur l’activité de l’industrie manufacturière en novembre aux Etats-Unis.

Surtout, les marchés ont été cueillis à froid par Donald Trump, qui a annoncé lundi des droits de douane punitifs sur les importations américaines d’acier et d’aluminium venant du Brésil et de l’Argentine, deux pays que le président américain accuse de dévaluer massivement leurs monnaies pour rendre leurs produits plus compétitifs à l’export.

Washington a ensuite menacé d’imposer des surtaxes douanières aux importations françaises en riposte à l’instauration en France d’une taxe concernant les géants américains du numérique, surnommée «taxe Gafa». Paris a jugé cette menace «inacceptable» et espérait une riposte européenne «forte» si ces sanctions américaines venaient à se concrétiser.

«On a l’impression que tous les pays, quoi qu’ils fassent, pourraient se voir imposer des tarifs» douaniers supplémentaires, «ce qui crée beaucoup d’incertitudes pour les affaires», a estimé Tapas Strickland de la Banque nationale australienne.

Cette offensive américaine tous azimuts relançait aussi les craintes d’un échec des négociations commerciales en cours entre Washington et Pékin.

Du côté des valeurs

SIDÉRURGISTES NIPPONS SONNÉS

Les sanctions tarifaires des Etats-Unis sur l’acier et l’aluminium brésilien et argentin ont fait l’effet d’un coup de massue pour les sidérurgistes japonais: Nippon Steel a dérapé de 2,02% à 1595,5 yens et Japan Steel Works de 2,11% à 2217 yens. Les pertes ont été plus limitées pour JFE Holdings (-0,7% à 1402 yens) et Kobe Steel (-0,87% à 564 yens).

ASTELLAS PARIE SUR LA THÉRAPIE GÉNIQUE

Le laboratoire pharmaceutique japonais Astellas Pharma était en repli de 1,1% à 1877 yens. Le groupe a annoncé son intention de racheter pour 3 milliards de dollars Audentes Therapeutics, une biotech californienne développant des produits de thérapie génique contre des maladies neuromusculaires rares. Le prix par action proposé par Astellas représente une prime généreuse de 110% par rapport au cours de clôture de l’action Audentes lundi sur le Nasdaq.

NISSAN, DISCOURS SANS SURPRISE

Comme d’autres valeurs automobiles japonaises, pénalisées par les inquiétudes sur la guerre commerciale, Nissan a reculé mardi (-1,46% à 678,2 yens). La veille, son nouveau directeur général Makoto Uchida a livré un plaidoyer sans surprise pour renforcer l’alliance avec Renault et Mitsubishi Motors, tout en souhaitant préserver l’indépendance de Nissan. Il s’est aussi engagé à regagner la confiance des clients, sérieusement entamée par des scandales et l’affaire Carlos Ghosn.

Du côté des devises et du pétrole

Face à l’accumulation de vents contraires, le yen, valeur refuge, grimpait nettement face au dollar, un mouvement défavorable aux valeurs exportatrices nippones: vers 09H20 GMT, le dollar valait 109,05 yens, contre 109,63 yens la veille après la clôture de la Bourse de Tokyo.

En revanche la monnaie japonaise baissait très légèrement face à l’euro, qui se négociait pour 120,85 yens vers 09H20 GMT, contre 120,8 yens lundi.

Après avoir sensiblement progressé lundi face au billet vert, l’euro se situait à 1,1082 dollar, un rapport quasiment inchangé par rapport à la veille à 20H00 GMT (1,1079 dollar).

Les cours du pétrole continuaient sur leur lancée de la veille, à deux jours d’un sommet à Vienne de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep): vers 09H12 GMT le prix du baril américain WTI gagnait 0,68% à 56,34 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,56% à 61,26 dollars.