Tokyo en petite hausse, places chinoises en retrait

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a grappillé 0,22% et le Topix a fini quasi stable (+0,02%). Shanghai a perdu 0,43% et Shenzhen a cédé 0,87% tandis que le Hang Seng a fini quasi stable à 27.688,64 points.

Après de solides gains la veille, la Bourse de Tokyo a continué de grimper mercredi mais à un rythme nettement plus modéré, sur fond d’optimisme persistant à Wall Street, tandis que les places chinoises ont reculé, faute de catalyseur concret.

A Tokyo l’indice vedette Nikkei, qui évolue à ses plus hauts niveaux depuis 13 mois, a grappillé 0,22% à 23.303,82 points sur la séance écoulée, tandis que l’indice élargi Topix a fini quasi stable (+0,02% à 1.694,45 points).

Les deux principaux indices boursiers de Wall Street ont atteint mardi de nouveaux sommets, reflétant la confiance des investisseurs sur le front commercial et leur soulagement après un indicateur rassurant sur l’économie américaine.

Les investisseurs se sont notamment nourris de spéculations sur une éventuelle levée des droits de douane américains sur des importations chinoises, une concession à laquelle Washington pourrait consentir pour que Pékin signe la première phase d’un accord commercial bilatéral.

Cependant les Bourses chinoises ont préféré attendre des avancées concrètes sur ces négociations. L’indice composite de Shanghai a ainsi perdu 0,43% à 2.978,60 points, celui de Shenzhen a cédé 0,87% à 1.641,23 points tandis qu’à Hong Kong l’indice Hang Seng a fini quasi stable à 27.688,64 points.

Du côté des valeurs

EFFET BOOMERANG POUR FUJIFILM

L’action du géant japonais de la reprographie a perdu 4,22% à 4.852 yens, un rééquilibrage après son envolée de la veille (+6,7%), où le groupe a annoncé l’abandon de ses poursuites contre l’américain Xerox à la suite de l’échec de leur projet de fusion l’an dernier. Fujifilm va par ailleurs racheter pour 2,3 milliards de dollars les parts restantes de Xerox dans leur coentreprise Fuji Xerox, active dans la zone Asie-Pacifique.

SUZUKI SANCTIONNÉ

Les investisseurs n’ont pas eu de clémence pour le constructeur automobile japonais Suzuki (-3,55% à 5.157 yens), qui a publié la veille des résultats semestriels en forte baisse en raison de difficultés au Japon et en Inde, mais qui a maintenu ses prévisions pour l’ensemble de son exercice.

JOUR DE VÉRITÉ POUR SOFTBANK GROUP

Après avoir démarré en légère baisse, le titre du champion japonais des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group a finalement progressé (+0,65% à 4.322 yens) alors que ses résultats semestriels étaient publiés juste après la clôture de la Bourse de Tokyo. Son bénéfice net a été divisé par deux sur la période à cause de dépréciations massives au deuxième trimestre, liées à ses investissements dans les entreprises américaines WeWork et Uber, aujourd’hui en difficulté.

TAKEDA S’AMAIGRIT ENCORE

L’action du géant pharmaceutique japonais Takeda a gagné 0,54% à 4.227 yens. La veille après la clôture de la Bourse de Tokyo, il a annoncé la vente pour 660 millions de dollars d’un portefeuille de médicaments en Russie et autres marchés voisins au génériqueur allemand Stada, sa quatrième cession d’actifs en six mois. Ces transactions visent à réduire sa dette et limiter sa perte nette après son rachat colossal du groupe irlandais Shire, finalisé début 2019 pour 62 milliards de dollars.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen continuait de reculer par rapport au dollar, lequel valait 108,96 yens vers 10h10 GMT, contre 108,78 yens la veille après la fermeture de la Bourse de Tokyo, point de référence pour les investisseurs nippons.

La monnaie japonaise regagnait toutefois du terrain face à l’euro, qui s’échangeait pour 120,83 yens vers 10h10 GMT, contre 121,12 yens la veille.

Un euro se négociait pour 1,1089 dollar, s’appréciant ainsi par rapport à mardi 20h30 GMT (1,1069 dollar).

Après trois séances de hausse d’affilée, les cours du pétrole refluaient mercredi: vers 10h00 GMT le cours du baril de brut américain WTI lâchait 0,75% à 56,80 dollars, tandis que le cours du baril de Brent de la mer du Nord abandonnait 0,84% à 62,43 dollars.