Bourses asiatiques: hausses en Chine, léger recul de Tokyo

AWP

2 minutes de lecture

Shanghai a fait un bond de 0,99% et Shenzhen a gagné 1,29%. Le Hang Seng a gagné 0,72%. Le Nikkei a perdu 0,33%. Le Topix a fini quasi stable (-0,03%).

Les Bourses chinoises ont terminé la semaine en hausse, dopées par un regain d’optimisme sur les négociations commerciales sino-américaines et par un rebond de l’activité manufacturière chinoise en octobre, tandis que Tokyo a conclu sur une légère baisse.

L’indice composite de Shanghai a fait un bond de 0,99% à 2958,20 points et celui de Shenzhen a gagné 1,29% à 1637,00 points. Ces deux places sortent ainsi de trois journées de baisse d’affilée.

L’indice Hang Seng de Hong Kong a lui gagné 0,72% à 27’100,76 points.

«Il semble y avoir une accalmie sur le front de la guerre commerciale», a souligné un analyste de Haitong Securities, Zhang Qi, tandis qu’une conversation téléphonique sino-américaine à un haut niveau était attendue plus tard vendredi.

De plus, il est question que le groupe de services financiers MSCI accroisse le 7 novembre le poids des titres chinois dans ses indices boursiers, «ce qui a eu un effet positif sur le marché», a-t-il ajouté.

Un rebond surprise de l’activité manufacturière en octobre en Chine a aussi mis du baume au coeur des investisseurs.

Mesuré par un groupe indépendant, Caixin, cet indicateur contraste toutefois avec un autre indice PMI publié la veille par le gouvernement chinois, qui avait au contraire montré un fort recul de l’activité manufacturière en octobre.

La Bourse de Tokyo a elle terminé vendredi en légère baisse, demeurant plus sceptique sur l’issue des négociations commerciales sino-américaines, tout en limitant les dégâts grâce notamment à plusieurs résultats trimestriels d’entreprises rassurants et un indicateur chinois positif.

L’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,33% à 22’850,77 points, limitant toutefois ses pertes au fil de la séance. L’indice Topix a fini quasi stable (-0,03% à 1666,50 points).

Comme Wall Street la veille, les investisseurs à Tokyo ont été refroidis par des informations de l’agence Bloomberg selon lesquelles de hauts responsables chinois douteraient de la possibilité de trouver un accord commercial de long terme avec les Etats-Unis, au-delà de l’accord partiel qui devrait être signé prochainement entre les deux pays.

Mais le marché tokyoïte s’est montré plutôt «résilient» grâce à la progression de titres de plusieurs grands groupes japonais, notamment Nintendo et Panasonic, dont les résultats financiers publiés la veille ont été jugés solides, a relevé Makoto Sengoku, analyste du Tokai Tokyo Research Institute.

Du côté des valeurs

NINTENDO A FAIT DES ÉTINCELLES

L’action Nintendo s’est envolée de 7,45% à 41’500 yens après avoir publié la veille des résultats semestriels jugés solides par les investisseurs. Le groupe a maintenu ses prévisions pour son exercice en cours 2019/20, un signe de confiance sur les perspectives de sa gamme de consoles Switch et les jeux associés, malgré un léger repli de son bénéfice net semestriel.

PANASONIC AUSSI

Le titre du fabricant japonais d’appareils électroniques et électroménagers Panasonic n’a pas été en reste, avec un bond de 6,96% à 980,8 yens. Lui aussi avait préservé jeudi sa prévision de bénéfice annuel, malgré des résultats semestriels en baisse.

JAPAN TOBACCO PUNI

Le cigarettier Japan Tobacco a perdu 1,16% à 2427,5 yens. La veille, il a légèrement réduit ses prévisions de bénéfices pour 2019, prévoyant notamment une baisse plus importante que prévu de son activité au Japon ainsi que des charges liées à la restructuration de ses activités internationales.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen remontait face au dollar, à raison d’un dollar pour 108,01 yens vers 10h10 GMT contre 108,67 yens la veille après la fermeture de la Bourse de Tokyo, point de référence pour les investisseurs nippons.

En revanche la monnaie japonaise cédait légèrement du terrain face à l’euro, lequel s’échangeait pour 120,41 yens contre 121,30 yens la veille.

La monnaie européenne était quasi stable face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,1147 dollar, contre 1,1146 dollar la veille à 19h00 GMT.

Après avoir reculé ces deux derniers jours puis hésité dans la journée de vendredi en Asie, les cours du pétrole étaient en légère hausse: après 10h00 GMT le prix du baril de brut américain WTI gagnait 0,33% à 54,36 dollars, tandis que celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,22% à 59,75 dollars.