Shanghai en repli, Hong Kong résiste après des statistiques décevantes

AWP

1 minutes de lecture

Le Hang Seng a clôturé en hausse de 0,15%. En revanche, Shanghai a perdu 1,20%, tandis que Shenzhen chutait de 2,31%.

Les places boursières chinoises ont fini en ordre dispersé jeudi, Hong Kong montant légèrement tandis que Shanghai baissait fortement dans la foulée d’indicateurs chinois susceptibles d’aviver les inquiétudes sur la santé de la deuxième économie mondiale.

A Hong Kong, l’indice composite Hang Seng a clôturé en hausse de 0,15% à 28’851,39 points.

En revanche, en Chine continentale, l’indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 1,20% à 2990,69 points, tandis que l’indice de référence de la place de Shenzhen chutait de 2,31% à 1618,26 points.

En dépit de gains encourageants à Wall Street, les marchés ont été déprimés par la publication de statistiques alarmantes, confirmant l’essoufflement du géant asiatique à l’heure où Pékin s’efforce à tout prix de relancer l’activité.

Sur les deux premiers mois de 2019, la hausse de la production industrielle s’est tassée à 5,3% sur un an, contre 5,7% en décembre, très en-deçà des attentes et à un niveau plus vu depuis 2009 pour cette période.

Dans le même temps, les ventes de détail, baromètre de la consommation dans le pays, ont grimpé de 8,2%, au même rythme qu’en décembre.

«Ces statistiques signifient que l’économie (chinoise) mettra du temps à rebondir, la production industrielle et la consommation demeurant sous pression», a noté Liu Peiqian, analyste du cabinet Natwest Markets cité par Bloomberg.

La prudence restait également de mise parmi les investisseurs à la veille de la clôture de la session annuelle du Parlement chinois, et dans l’attente de développements dans les négociations commerciales sino-américaines.

A Hong Kong, le géant technologique Tencent, poids lourd de la cote, a perdu 0,22% à 357,60 dollars hongkongais, tandis que le fabricant de microcomposants électroniques AAC Technologies tombait de 3,21% à 45,25 dollars.

En revanche, les firmes énergétiques ont mieux résisté grâce à des cours du pétrole raffermis, à l’instar des mastodontes étatiques CNOOC (+3,77% à 13,76 dollars) et PetroChina (+0,39% à 5,12 dollars).

La compagnie aérienne Cathay Pacific (+0,89% à 13,60 dollars) a confirmé son vigoureux rebond de la veille. Elle avait indiqué mercredi être revenue dans le vert en 2018.

A contrario, en Chine continentale, la morosité plombait tous les secteurs et les analystes s’attendaient à une forte volatilité dans l’avenir proche.

«Le (récent) rebond des marchés chinois, alimenté par un afflux de capitaux, est sujet à de violentes fluctuations. Si les attentes des investisseurs changent, ne serait-ce qu’un peu, les cours peuvent être ajustés brusquement» avertit Qian Qimin, analyste de la société financière Shenwan Hongyuan.

Les valeurs technologiques ont souffert jeudi, après que des actionnaires importants du géant des télécoms ZTE ont annoncé vouloir réduire leurs parts.

ZTE a perdu 1,50% à 28,25 yuans et China United Network 2,52% à 6,95 yuans.

Même assombrissement sur les titres financiers, dont ceux des banques ICBC (-0,18% à 5,57 yuans) et Agricultural Bank of China (-0,27% à 3,70 yuans).

Allié en Chine de l’américain Boeing, qui fait face à une interdiction de vol mondiale de ses 737 MAX 8, le groupe aéronautique AVIC Aircraft a chuté de 2,57% à 16,66 yuans, tandis que la firme China Avionics System perdait 2,66% à 17,18 yuans.