Le pétrole se reprend à la fin d’une semaine agitée

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine en hausse de 66 cents à 58,37 dollars et le WTI clôture sur un gain de 36 cents à 52,81 dollars.

Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi, profitant de données rassurantes sur l’emploi aux Etats-Unis pour limiter les pertes de la semaine.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a terminé à 58,37 dollars, en hausse de 66 cents ou 1,14% par rapport à la clôture de jeudi.

À New York, le baril américain de WTI pour livraison en novembre s’est apprécié de 36 cents ou 0,69% pour terminer à 52,81 dollars.

Sur la semaine, le Brent a perdu 4,4% et le WTI 5,5%.

«La séance (de ce vendredi) n’est pas le signe d’un marché particulièrement solide mais au moins on rompt avec une tendance baissière», remarque Robert Yawger de Mizuho.

Les investisseurs ont notamment été encouragés selon lui par les chiffres sur l’emploi américain diffusés vendredi.

Même si les créations d’emplois aux Etats-Unis étaient un peu moins importantes que prévu en septembre, elles sont restées solides et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis décembre 1969.

«Le rapport aurait pu être un peu meilleur mais au moins il n’implique pas que la demande en brut va soudainement disparaître», souligne M. Yawger.

Les acteurs du marché se sont en effet effrayés de la succession cette semaine de plusieurs indicateurs décevants sur la santé de l’économie américaine, jusque là plutôt épargnée par le ralentissement de la croissance mondiale.

L’annonce mardi d’un nouveau recul de l’activité du secteur manufacturier, gros consommateur d’énergie, aux Etats-Unis en septembre a en particulier ébranlé les acteurs du marché.

De plus, «ces indicateurs s’accordent avec les propos du directeur de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, qui a prévenu, pour la troisième fois en l’espace de quelques jours, que les prévisions de la demande en or noir pour cette année et l’année prochaine pourraient être revues à la baisse», a relevé Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank.