Le pétrole porté par les nouvelles sur le commerce

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine au-dessus des 62 dollars, avec un gain de 55 cents, et le WTI repasse aisément la barre des 57 dollars, en hausse de 80 cents.

Les prix du pétrole ont retrouvé des couleurs jeudi après l’annonce par la Chine d’une levée progressive des droits de douane que s’imposent Pékin et Washington, laissant ainsi entrevoir une possible trêve dans le conflit commercial qui pèse sur la croissance économique.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s’est apprécié de 55 cents, ou 0,9%, pour finir à 62,29 dollars.

A New York, le baril de WTI pour décembre a pris 80 cents ou 1,4%, à 57,15 dollars.

Les prix de l’or noir avaient fortement reculé mercredi à la suite du bond des stocks de brut aux Etats-Unis, de 7,9 millions de barils, qui a ravivé le spectre d’une offre excédentaire.

Mais ils se sont redressés jeudi à la faveur d’un regain d’optimisme sur un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis.

Au moment où Pékin et Washington s’efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial, la Chine a annoncé jeudi s’être mise d’accord avec les Etats-Unis pour une levée «par étapes» de leurs tarifs douaniers punitifs mutuels.

Ces déclarations ont redonné confiance aux investisseurs, préoccupés la veille par des informations de presse selon lesquelles la rencontre entre le président américain, Donald Trump, et son homologue chinois, Xi Jinping, pour signer un accord commercial partiel pourrait être repoussée à décembre.

Pour Robert Yawger, spécialiste des marchés de l’énergie chez Mizuho, les cours de l’or noir ont aussi grimpé jeudi en raison «des tensions géopolitiques entourant l’Iran», important producteur de pétrole.

Téhéran a en effet annoncé jeudi avoir relancé ses activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, conformément à sa décision de réduire encore davantage ses engagements internationaux concernant son programme nucléaire.

Cette reprise a suscité l’inquiétude de la communauté internationale, les Etats-Unis appelant notamment la communauté internationale à prendre des mesures «sévères» pour faire pression sur l’Iran.

Le prix du WTI est aussi soutenu, selon M. Yawger, par la poursuite de la suspension de l’oléoduc Keystone de TC Energy à la suite d’une fuite de pétrole dans le Dakota du Nord fin octobre.

«L’entreprise a annoncé que l’activité ne reprendrait pas avant au moins deux jours», a relevé l’expert. «Or l’oléoduc de Keystone fournit habituellement en pétrole Cushing, dans l’Oklahoma», où sont entreposés les barils servant de référence au WTI, a-t-il rappelé.

«Alors que les réserves y avaient pas mal augmenté au cours des dernières semaines, on devrait y constater un repli notable des stocks dans les prochains rapports» sur les stocks aux Etats-Unis, a-t-il avancé.