Le pétrole grimpe encore avec l’optimisme sur le commerce

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine sur un gain de 83 cents et frôle la barre des 63 dollars. Le WTI finit nettement au-dessus des 56 dollars grâce à une montée de 69 cents.

Les prix du pétrole ont terminé en hausse pour leur troisième séance d’affilée mardi, dans un marché optimiste à l’égard des négociations commerciales sino-américaines.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s’est apprécié de 83 cents, ou 1,3%, pour finir à 62,96 dollars.

A New York, le baril de WTI pour décembre a gagné 69 cents, ou 1,2%, à 56,54 dollars.

Tous deux terminent ainsi à des niveaux plus vus depuis fin septembre.

«La perspective d’un accord préliminaire (entre les Etats-Unis et la Chine) stimule à la fois le marchés des actions et celui des matières premières et devrait fournir un soutien indépendant des fondamentaux tant que le sentiment actuel perdure», selon Robbie Frasier, analyste matières premières pour Schneider Electric.

Après des commentaires encourageants de responsables américains ces derniers jours sur des avancées dans les discussions, des informations de presse suggéraient mardi que les Etats-Unis envisageaient de lever certains droits de douane sur des importations chinoises afin de progresser vers un accord.

Les tensions commerciales, en faisant craindre un affaiblissement de la croissance économique mondiale et donc de la demande de pétrole, sont un des principaux facteurs qui ont pesé sur les prix de l’or noir ces derniers mois.

Cette embellie pourrait cependant ne pas durer, selon les analystes d’ING, qui évoquent le surplus d’or noir sur le marché mondial attendu au premier semestre 2020.

Sauf «si l’Opep+ surprend le marché en décembre en annonçant des réductions plus importantes qu’attendu» pour l’année prochaine, ont-ils souligné.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, se retrouveront à Vienne début décembre pour discuter de leur accord visant à réduire volontairement leur production pour soutenir les prix.

Chef de file du cartel, l’Arabie saoudite «poursuit ses plans en vue d’une introduction en Bourse de (sa compagnie étatique) Saudi Aramco, ce qui devrait pousser encore plus le pays à soutenir les prix mondiaux», a rappelé Robbie Frasier.

Les acteurs du marché attendaient par ailleurs les chiffres sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis.

Selon la médiane d’un consensus établi par l’agence Bloomberg, les analystes s’attendent à une hausse des stocks de brut de 2 millions de barils et à une baisse de 2 millions de barils pour ceux d’essence et de 1,25 million pour les autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), pour la semaine achevée le 1er novembre.