Le pétrole grimpe alors que l’Arabie saoudite envisage d’intervenir

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine en hausse de 1,15 dollar à 57,38 dollars et le WTI finit sur une avancée de 1,45 dollar à 52,54 dollars.

Les prix du pétrole ont terminé en nette hausse jeudi, rebondissant après être tombés à leur plus bas niveau depuis janvier à la suite d’informations sur des tractations menées par l’Arabie saoudite en vue de solutions pour soutenir les cours.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s’est apprécié de 1,15 dollar, ou 2%, pour clôturer à 57,38 dollars.

A New York, le baril américain de WTI pour livraison en septembre a gagné 1,45 dollar, ou 2,8%, pour finir à 52,54 dollars.

Les cours du pétrole avaient atteint mercredi leur plus bas niveau depuis janvier après l’annonce d’une hausse surprise des réserves de brut aux Etats-Unis, qui s’ajoutait aux craintes persistantes sur un affaiblissement de la demande mondiale en or noir en raison de la guerre commerciale.

Selon l’agence Bloomberg, l’Arabie saoudite a contacté les autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) après cette chute pour discuter de mesures susceptibles de faire remonter les cours du pétrole.

Selon un responsable anonyme interrogé par Bloomberg, le royaume ne «tolèrera pas une baisse continue de prix et envisage donc toutes les options».

Pour Warren Patterson, analyste chez ING, il est «difficile d’imaginer d’autres mesures que des réductions de production».

Une telle décision, si elle se confirme, «serait justifiée si on s’en tient aux projections timides pour la demande», a relevé Phyl Flynn de Price Futures Group.

«Le président Donald Trump va peut-être se plaindre d’une nouvelle réduction de l’offre, comme il l’a déjà fait par le passé. Mais s’ils ne réduisent pas la production et que les prix continuent de tomber, on ferait mieux de se préparer à une nouvelle série de faillites dans les entreprises spécialisées dans l’exploitation du pétrole de schiste», a-t-il souligné.

Comme les autres marchés financiers, les cours du pétrole ont aussi profité selon lui de la stabilisation du yuan après la décision de la Banque centrale chinoise de fixer le taux pivot de la devise sous la barre des 7 yuans pour un dollar pour la première fois depuis 11 ans, mais dans les clous des attentes des marchés financiers.

De quoi rassurer un peu les investisseurs après plusieurs séances particulièrement chahutées par la chute du yuan.