Le pétrole bondit après une nouvelle escalade entre Washington et Téhéran

AWP

1 minutes de lecture

Le baril américain de WTI  a fini à 56,26 dollars.

Les prix du pétrole ont bondi mercredi, tirés notamment par la montée de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran avec l’annonce de nouvelles sanctions américaines.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre s’est établi à 60,70 dollars à Londres, en hausse de 4,2% (ou 2,44 dollars) par rapport à la clôture de mardi.

Le Trésor américain a annoncé mercredi dans un communiqué des mesures punitives concernant en tout 16 entités iraniennes, onze navires et dix personnes, alors que Téhéran a menacé de réduire encore ses engagements nucléaires pris dans le cadre de l’accord de 2015.

«Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran ne vont pas disparaître à court terme, ce qui pousse les prix pétroliers vers le haut», a expliqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Les cours de l’or noir étaient déjà en hausse en début de séance grâce à l’accalmie de la crise politique à Hong Kong.

L’exécutif hongkongais a en effet accédé mercredi à une demande clé des manifestants en annonçant le retrait définitif du projet de loi sur les extraditions, à l’origine du mouvement de contestation qui gronde depuis fin avril dans l’ex-colonie britannique.

Cette mesure d’apaisement a rassuré les investisseurs, inquiets d’une nouvelle dégradation des relations commerciales sino-américaines.

Par ailleurs, l’activité dans les services en Chine a connu en août son rythme de progression le plus rapide en quatre mois, selon un indice indépendant publié mercredi.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) pour les services, calculé par le cabinet IHS Markit et publié par le groupe de médias Caixin, s’est établi à 52,1 le mois dernier, contre 51,6 en juillet. Un chiffre supérieur à 50 témoigne d’une expansion de l’activité, et en-deçà d’une contraction.

Plus tôt dans la journée, les prix effaçaient déjà «certaines de leurs pertes de la veille, car les investisseurs s’attendent à ce que les réserves américaines de brut déclinent pour la troisième semaine de suite», a relevé Stephen Brennock, analyste chez PVM Reports.

Les données sur les stocks américains seront publiées jeudi cette semaine, au lieu de mercredi habituellement, du fait du jour férié lundi aux Etats-Unis.

Les analystes s’attendent à une baisse de 3,45 millions de barils de brut sur la semaine achevée le 30 août ainsi qu’à une baisse de 2 millions de barils pour l’essence, et prévoient une hausse de 500.000 barils des réserves de produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d’un consensus compilé par l’agence Bloomberg.