Le pétrole termine en hausse à la fin d’une semaine difficile

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent grimpe de 93 cents et repasse la barre des 64 dollars alors que le WTI prend 16 cents à 57,51 dollars.

Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi, soutenus par un regain de tensions géopolitiques après l’arraisonnement par la Grande-Bretagne d’un pétrolier iranien et par des chiffres solides sur l’emploi américain.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s’est apprécié de 93 cents pour finir à 64,23 dollars à Londres.

A New York, le baril américain de WTI pour livraison en août a gagné 16 cents pour clôturer à 57,51 dollars.

Après avoir débuté la séance européenne en baisse, les cours se sont repris au début de la séance américaine.

«Nous avons un marché agité du fait du jour férié» jeudi aux Etats-Unis, a commenté Phil Flynn, analyste pour Price Futures Group.

Les cours continuaient toutefois à monter alors que la situation reste tendue au Moyen-Orient, selon Andy Lipow de Lipow Oil Associates. «Le fait que les Britanniques aient saisi un pétrolier iranien (jeudi) et que les Iraniens menacent à leur tour de saisir un pétrolier britannique accroît les tensions au moment où le conflit entre Téhéran et Washington est déjà vif», a-t-il souligné.

Soupconné de livrer du pétrole à la Syrie en violation des sanctions contre Damas, le navire iranien a été arraisonné jeudi au large du territoire britannique de Gibraltar. Téhéran a demandé vendredi à la Grande-Bretagne de le relâcher «immédiatement», accusant Londres d’avoir agi sur ordre des Etats-Unis.

Les cours ont aussi pu profiter selon Andy Lipow des chiffres bien meilleurs que prévu sur les créations d’emploi aux Etats-Unis, «qui pourraient se traduire par une hausse de la demande en carburant aux Etats-Unis dans les prochaines semaines».

Mais malgré le rebond des prix du baril de brut en cours de séance, M. Flynn a souligné que le pétrole restait handicapé par les prévisions pessimistes sur le front de la demande au niveau mondial pour 2020.

Le baril de la mer du Nord «s’apprête à clore sa pire semaine depuis mai, alors que la décision de l’Opep+ de diminuer sa production pour neuf mois supplémentaires a été interprétée comme insuffisante pour répondre à l’affaiblissement de la demande mondiale», a remarqué Ipek Ozkardeskaya, analyste pour London Capital Group.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses dix partenaires ont en effet décidé en début de semaine de prolonger jusqu’à mars 2020 leur accord de baisse de production, conclu fin 2016 pour soutenir les prix du brut.

Le Brent a malgré tout perdu sur la semaine environ 3,4%, et le WTI 1,6%.