La chronique des marchés de Vontobel au 19 juin

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq +1,4%, SPX +0,97%, Dow +1,35%, Russell +1,14%, SOX +4,33%, Eurostoxx +2,06%, SMI +1,39%.

Wall-Street et toute la planète finance ronronnent de contentement après l’annonce de Donald Trump, qui indique que les discussions avec son homologue chinois Xi reprendront sur un mode étendu lors du G-20 de la semaine prochaine au Japon. Pékin confirme, n’en jetez plus, les acheteurs reviennent. Enfin pas vraiment, ils étaient déjà de retour depuis hier matin après le discours extrêmement «colombe» (en faveur d’une politique monétaire encore plus souple) de Mario Draghi, le patron de la Banque Centrale Européenne. En substance, Super Mario évoque pour la seconde fois en quelques semaines la possibilité d’une baisse de taux d’intérêts, parmi d’autres mesures potentielles. C’est une quasi onde de choc pour les marchés qui provoque une forte hausse des actions, un recul des rendements obligataires (la France, la Suède et l’Autriche passent en territoire négatif pour la première fois de leur histoire) et une baisse de l’euro (la paire eur/usd recule de 1,1240 à 1,1194 ce matin). Et c’est là que ça devient franchement drôle. Le discours de Mario Draghi provoque l’ire de Donald Trump, qui s’insurge sur son media préféré que cela donnera un avantage injuste à l’Europe pour concurrencer les Etats-Unis. Donald Trump qui ne cesse de réclamer exactement cela à corps et à cris de la part de Jerome Powell, le patron de la Fed. On croit rêver. Et devinez quoi? Ce soir la Fed annoncera sa décision sur les taux d’intérêts. Le marché n’attend pas de baisse aujourd’hui mais en juillet. Non, ce soir ce sera la déclaration qui suivra qui sera scrutée et décortiquée, les intervenants veulent en savoir plus quant aux intentions de la Réserve Fédérale pour les réunions à venir. Quelque chose me dit que quelqu’un va tweeter ensuite. Car si la Fed se dit colombe, le marché appréciera tout en considérant que Jerome Powell est devenu le pantin de Donald Trump. Si en revanche elle calme les ardeurs des partisans de baisses de taux, elle gardera la tête haute mais fera tanguer la bourse.

Pour en revenir au marché, l’indice S&P500 (SPX) récupère le niveau de 2900 points, le Nasdaq 100 (NDX) sa moyenne mobile à 200 jours et les semi-conducteurs (SOX) décollent, eux qui souffrent tant de la guerre commerciale. Tous les titres liés de près ou de loin à la Chine sont recherchés, les valeurs défensives sont délaissées et le pétrole repart à la hausse, le WTI Light Crude à 54 dollars le baril. Le rendement de l’emprunt US à 10 ans remonte à 2,07%, on aurait pu espérer plus, l’or reste demandé et traite juste en-dessous de sa résistance de 1350 dollars l’once et la volatilité (VIX) recule de seulement 1,3% à 15,15. On peut en déduire que, une fois de plus, le marché des actions est exubérant alors que les obligations, les matières premières et les traders en options «demandent à voir». Cela dit, la tendance semble émerger d’une volonté globale des principaux banquiers centraux de la planète d’injecter encore plus de liquidités dans ce marché, ce que beaucoup n’avaient pas prévu. A suivre de très près ce soir.

Les marchés européens participent à la fête, notons que le SMI (Swiss Market Index) casse le niveau des 10'000 points pour la première fois de son histoire en séance, pour clôturer juste en-dessous.

Le programme du jour est chargé. Après une batterie d'indicateurs sur l'économie britannique à 10h30 (l’inflation notamment) et les chiffres de l'inflation canadienne (14h30), le marché aura droit à un nouveau discours de Mario Draghi,. Puis cap sur les Etats-Unis avec les stocks pétroliers hebdomadaires (16h30) puis la décision de la Fed sur ses taux (20h00) et surtout la conférence de presse de son président Jerome Powell (à partir de 20h30).

Le sud-africain Steinhoff a perdu 1,2 milliard d'euros en 2018, en partie à cause du scandale de fraude comptable révélé en 2017. Dish Network serait en pole position pour racheter 6 milliards de dollars d'actifs de Sprint et T-Mobile US en cas de mariage entre les deux opérateurs. Amazon.com renforce sa flotte d'avions-cargos pour faire face à la demande. Les résultats d'Adobe dépassent le consensus. Google prêt à investir 1 milliard de dollars dans l'immobilier californien pour répondre à la crise du manque de logements dans la région de San Francisco.

Cette nuit et ce matin en Asie, tous les indices traitent dans le vert, soulagés par l’annonce de Trump d’hier…qui ne change rien à la situation in fine. Oui les dirigeants chinois et américain vont se rencontrer et aborder le sujet, parmi de nombreux autres. Vont-t-ils parvenir à un accord au G-20? Il est permis d’en douter. Les marchés d’actions semblent exagérément optimistes. La Fed peut jouer le rôle d’arbitre à court terme. En Europe, les indices vont ouvrir autour de l’équilibre.