Bourses européennes: fort impact des craintes d’une récession globale

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx plonge de près de 3%.

Les Bourses européennes ont terminé en très fort recul mercredi, minées par la résurgence de craintes d’une récession de l’économie mondiale, après la publication d’indicateurs américains décevants.

Wall Street de son côté évoluait en nette baisse en cours de séance. Son indice vedette, le Dow Jones, a même perdu jusqu’à 2,02%.

Vers 18H30 (16H30 GMT), il était toujours mal orienté et s’établissait à -1,95%, à 26.054,40 points, l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait lui 1,80%, à 7.766,30 points et l’indice élargi S&P 500 1,90% à 2.284,31 points.

«Il y a une cristallisation de toutes les craintes», a résumé auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant actions à Dôm Finance.

«L’onde de choc générée par les chiffres manufacturiers américains hier s’est prolongée aujourd’hui. S’y est ajouté dans la matinée un mauvais chiffre pour les ventes de détail à Hong Kong qui a beaucoup pesé sur le luxe, puis les révisions significatives à la baisse de la croissance allemande par ses principaux instituts de recherche», a-t-il détaillé.

«Le ralentissement des créations d’emplois dans le privé aux États-Unis est venu renforcer les doutes sur la vigueur de la croissance américaine, et pour ajouter à la morosité ambiante, l’OMC a autorisé Washington à imposer des taxes sur des produits européens», a encore noté l’expert.

L’activité du secteur manufacturier aux États-Unis a encore reculé en septembre pour tomber à son plus bas niveau en dix ans, tandis que le secteur privé aux États-Unis a créé 135.000 emplois en septembre, moins que le mois précédent et que les attentes des analystes, selon l’enquête mensuelle d’ADP publiée mercredi.

En représailles à des aides accordées à Airbus, l’Organisation mondiale du commerce a autorisé mercredi les États-Unis à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) de biens européens par an, une décision aussitôt contestée par l’UE qui a menacé de riposter.

L’Eurostoxx a pour sa part perdu 2,98%.

Du côté des valeurs

VAGUE ROUGE SUR LES CYCLIQUES

Les titres cycliques, les plus sensibles à la conjoncture, ont été frappés de plein fouet, à l’instar d’ArcelorMittal (-6,21% à 11,95 euros) ou Michelin (-3,26% à 98,92 euros) à Paris. A Londres, BHP a lâché 4,09% à 1.665,00 pence et Rio Tinto 4,65% à 4.006,00 pence.

Le luxe a également beaucoup souffert. Kering a reculé de 3,87% à 436,10 euros et LVMH de 3,67% à 344 euros.

L’AUTOMOBILE DERAPE 

Le secteur, particulièrement sensible aux tensions commerciales, a également souffert: à Francfort, Volkswagen a perdu 3,03% à 149,14 euros, BMW 1,89% à 63.16 euros. A Paris, Peugeot a abandonné 3,47% à 21,70 euros et Renault 2,32% à 50,89 euros.

SUEZ DECROCHE 

Suez a chuté de 7,01% à 13,26 euros. Le groupe a indiqué mercredi, à l’occasion de la présentation de son plan stratégique sur quatre ans, qu’il comptait maintenir le dividende à son niveau actuel (65 centimes) ces deux prochaines années, «pour pouvoir ensuite le faire /nass résultats en termes d’EPS (bénéfice par action) et de cash flow récurrent (liquidités)».

Les indices en un coup d’oeil

Paris - CAC 40: -3,12% à 5.422,77 points
Francfort - Dax: -2,76% à 11.925,25 points
Londres - FTSE 100: -3,23% à 7.122,54 points
Milan - FTSE MIB: -2,87% à 21.298,20 points
Madrid - IBEX 35: -2,77% à 8.912,20 points
Lisbonne - PSI 20: -1,35% à 4.882,33 points
Bourse suisse - SMI : -1,96% à 9.757,28 points
Amsterdam - AEX: -2,77% à 558,01 points
Bruxelles - BEL 20: -2,72% à 3.566,37 points