Bonds Europe: légère montée des rendements après l’emploi US

AWP

1 minutes de lecture

Le taux allemand à dix ans est un peu monté, à -0,290% contre -0,298% jeudi à la clôture.

Les rendements obligataires européens ont légèrement augmenté vendredi après des chiffres de l’emploi américain meilleurs qu’attendu, au terme d’une semaine très volatile sur le marché de la dette souveraine.

«On a un rapport sur l’emploi américain très positif, par conséquent le marché actions réagit positivement et les taux de rendement remontent sur le marché obligataire», observe auprès de l’AFP Nicolas Trindade, gérant obligataire chez Axa IM.

L’économie américaine a créé un grand nombre d’emplois en novembre (+266.000) en raison de la réintégration dans les statistiques des salariés de General Motors après leur grève historique ainsi que de la solidité du secteur de la santé et des services.

Ce nombre est bien supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 182.000 nouvelles créations de postes.

Ce rapport sur l’emploi «renforce la vision qu’a priori, la Réserve fédérale américaine (Fed) ne va pas bouger pendant un certain temps», alors qu’une réunion monétaire de l’institution est prévue la semaine prochaine, relève M. Trindade.

Mais le mouvement de tension des taux d’emprunt est «limité» car «il y a toujours en toile de fond le fantôme de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine avec la date du 15 décembre qui approche et les marchés attendent un peu plus de clarté» à ce sujet, souligne l’expert.

A la mi-décembre, les investisseurs devraient en savoir plus sur une éventuelle mise en place de nouvelles taxes américaines sur près de 160 milliards de dollars de biens importés chinois.

Jeudi, Donald Trump a assuré que les pourparlers progressaient avec Pékin et que «quelque chose pourrait se produire le 15 décembre».

En zone euro, les investisseurs ont pris note des mauvais chiffres pour l’Allemagne, avec une production industrielle en recul de 1,7% en octobre par rapport à septembre, tandis que les analystes tablaient sur une légère hausse.

De son côté, le Royaume-Uni se prépare à son élection générale anticipée du 12 décembre.

«L’hypothèse des marchés est que Boris Johnson devrait gagner une majorité au Parlement», et ainsi être en mesure de finaliser le divorce tant attendu entre la Grande-Bretagne et l’UE, souligne M. Trindade.

Le Premier ministre Boris Johnson et son rival travailliste Jeremy Corbyn doivent s’affronter vendredi lors d’un ultime duel télévisé, point culminant d’une journée marquée par des attaques mutuelles sur le Brexit.

Boris Johnson a fait de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne l’axe principal de sa campagne tandis que Jeremy Corbyn a promis de négocier un nouvel accord avec Bruxelles et de le soumettre à un référendum, affirmant qu’il resterait «neutre» dans cette campagne.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux allemand à dix ans est un peu monté, à -0,290% contre -0,298% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi la même trajectoire à 0,028%, contre 0,018%, tout comme celui de l’Espagne, à 0,487% contre 0,483%. Celui de l’Italie s’est au contraire détendu, à 1,348% contre 1,368%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à dix ans est resté quasi-stable à 0,770% contre 0,771%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans progressait à 1,838% contre 1,810% jeudi, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,275% contre 2,259%. Celui à deux ans grimpait à 1,613%, contre 1,592%.