Comment les années Draghi ont changé la Banque centrale européenne

Présélection prix Turgot 2018

1 minutes de lecture

L. Baldeschi, B. Drut et J. Cohen, Editions Bréal.

 

 

L'avis du Club de présélection du prix Turgot
Jean-Louis Chambon

L’initiative de ce trio de jeunes économistes, en fonctions dans une grande société de gestion, mérite d’être saluée car elle accompagne et éclaire une actualité particulièrement riche de la Banque centrale européenne.

On le sait, les mandats de Mario Draghi et de plusieurs membres du directoire de la BCE viennent de prendre fin, et avec cette échéance s’achève une des étapes les plus exceptionnelles du rôle de la banque centrale; de nombreux défis ont en effet été relevés: la crise de la zone euro, «l’évaporation de l’ inflation», avec la nécessité d’initier des mesures dites «non conventionnelles» qui, pour avoir dit-on sauvé l’euro, n’en supportent pas moins de critiques nombreuses.

Ce petit opuscule, très simple d’approche, synthétise parfaitement les évolutions majeures auxquelles la BCE a dû faire face sur cette période et décrit les impacts des mesures prises sur les marchés financiers (taux négatifs, refinancement de long terme, quantitative easing, etc).

L’ère Draghi a aussi été marquée par une politique de communication personnalisée et innovante, par l’évolution de la supervision bancaire et la lutte contre le changement climatique. On mesure les enjeux auxquels cette «jeune banque centrale» a dû se confronter, non simplement pour s’affirmer comme gardien de l’ UNION, mais aussi pour résolument engager une politique monétaire quasi «révolutionnaire» avec les effets que l’on sait. C’est dire les défis que devront relever Christine Lagarde et ses collègues face aux tensions de tout ordre qu’ils auront à affronter et... réguler… Un ouvrage précieux qui donne l’essentiel pour comprendre ce sujet aride, en proposant une analyse claire et accessible pour tous lecteurs, étudiants et professionnels de la finance.