China Corp.2025 - Dans les coulisses du capitalisme à la chinoise

Présélection prix Turgot 2018

1 minutes de lecture

Jean-François Dufour, Editions Maxima.

Jean-François Dufour est directeur du cabinet de conseil stratégique DCA Chine Analyse, et éditeur de la newsletter The China Industrial Monitor. Il suit les évolutions des entreprises chinoises depuis plus de vingt-cinq ans, et est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l'économie et la géopolitique de la Chine.

L'avis du Club de présélection du prix Turgot
Christian Chouffier

Les Etats-Unis puis l’Europe commencent à découvrir, ou à reconnaitre publiquement que leurs espoirs de voir la Chine se convertir petit à petit à un capitalisme libéral de type européen n’étaient qu’un rêve et qu’une stratégie d’Etat à long terme était à l’œuvre via les plans quinquennaux et le contrôle du PCC pour établir une domination économique et stratégique mondiale. Cette stratégie est décrite dans le plan «made in China 2025». L’économie socialiste de marché est surtout socialiste. A partir de nombreux exemples, l’ouvrage décrit de manière détaillée le fonctionnement de l’économie chinoise, et en particulier l’articulation des niveaux de décisions, Etat, PCC, administrations centrales; régions et communes avec leurs propres déclinaisons du parti et des administrations. Cette multiplication de niveaux de décision, ou chacun est jusqu’à un certain point indépendant explique la difficulté de lire la politique économique, ce d’autant plus que les acteurs, en particulier les instances centrales font preuve d’un grand pragmatisme et n’hésitent pas à revenir rapidement sur des décisions qu’ils jugent, après essai ne pas concourir à l’objectif.  

Même si les réformes initiées par Deng Xiaoping ont permis une certaine libération des économies locales et l’émergence de sociétés privées, l’Etat via ses agences, reprend très rapidement la main dès qu’une divergence apparait entre les objectifs stratégiques des entreprises, locales ou privée, et ceux du plan. Cette reprise en main se fait de multiples façons allant de l’assèchement des financements à la simple mise en accusation et incarcération des dirigeants. Ceci étant les luttes d’intérêts entre les différents niveaux restent importantes.

A la lecture de ce livre on comprend mieux comment la Chine a pu, en quelques années, générer de grands leaders mondiaux, dans des domaines bien choisis, grâce à une planification stratégique à long terme, une mise en place d’un secteur bancaire et financier supportant lui aussi la politique de l’Etat et d’une politique d’acquisition de technologies via une participation capitalistique dans des entreprises occidentales. Les réactions américaine et européenne, qui se font toujours dans le cadre intellectuel de nos économies occidentales, sont-elles réellement adaptées au défi que nous pose la Chine en ce début de siècle? on peut en douter, en particulier en ce qui concerne l’Europe comme on a pu le constater à propos de la fusion Siemens-Alstom ou des récentes péripéties du duo Air France-KLM.