Capitalisme et progrès social

Anton Brender

1 minutes de lecture

Editions La Découverte.

Dans les pays les plus avancés, le progrès social est en panne. Face à la montée presque générale des inégalités, face à la stagnation des revenus d’une large partie de leurs populations, face aussi aux dommages de plus en plus visibles causés à la planète par leur développement passé, ce constat s’impose. En attribuer la faute au capitalisme, sur lequel ce développement s’est fondé, serait pourtant une erreur: il n’est pas plus responsable de la panne actuelle qu’il ne l’a été hier des progrès accomplis.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les populations occidentales ont connu une amélioration, profonde et largement partagée, de leurs conditions de vie, parce que, au terme d’une longue et tumultueuse histoire, elles ont réussi à maîtriser la force productive du capitalisme. Les années 1980 ont toutefois été celles du triomphe de l’idéologie libérale: face à la mondialisation et aux changements techniques qui s’esquissent alors, les sociétés occidentales auraient dû redoubler d’efforts pour rester dans un rapport de forces favorable avec le capitalisme. Elles ont préféré laisser faire. Après quarante ans de dérive, est-il trop tard pour reprendre la barre?

 

Anton Brender est professeur associé à l’université Paris-Dauphine. Il a publié dans la collection «Repères» La France face aux marchés financiers (2004) et La France face à la mondialisation (4e éd., 2004). Économiste chez Candriam Investors Group, il a également publié avec Florence Pisani, chez Economica, Les Marchés de la croissance (2001) et La Nouvelle Économie américaine (2004) ; enfin, dans la collection «Repères», Les Déséquilibres financiers internationaux (2007), La crise de la finance globalisée (2009), La crise des dettes souveraines (nouvelle éd., 2013), Monnaie, finance et économie réelle (2015), L’Économie américaine (2018) et Capitalisme et progrès social (2020).