Préparer une IPO prend au moins entre 18 et 24 mois

Yves Hulmann

1 minutes de lecture

Tobias Meyer, spécialiste des entrées en bourse chez EY, analyse l’accélération récente du nombre de ces transactions en Suisse.

Après les IPO («initial public offering») réussies de Medacta le 4 avril et d’Alcon mardi, c’est au tour de Stadler Rail d’effectuer ses premiers pas à la Bourse suisse ce vendredi. Le fabricant de trains thurgovien devrait être valorisé à près de 4 milliards de francs selon les premières estimations. Comment expliquer cette accélération des entrées en bourse en Suisse? Le point avec Tobias Meyer, responsable Transaction Accounting et IPO chez EY.

«Le premier trimestre est traditionnellement calme en bourse.
Celui de 2019 a été marqué par plusieurs incertitudes.»
Comment expliquez-vous qu’il y ait eu trois IPO de sociétés à la bourse suisse durant la seule première moitié du mois d’avril, alors que les perspectives n’apparaissaient de loin pas aussi favorables durant le premier trimestre? Avez-vous été surpris par ce mouvement?

Le premier trimestre est traditionnellement un trimestre calme en bourse. Le premier trimestre 2019 a en outre été marqué par plusieurs incertitudes – par exemple le Brexit attendu, les tensions commerciales entre les Etats-Unis, la Chine et l’Europe et des facteurs d’insécurité politique -, ce qui explique aussi pourquoi il y a eu nettement moins d’entrées en bourse que les autres années à cette période. Pas seulement en Suisse mais au niveau mondial.

«Après une phase d’attente, la fenêtre des IPO s’est à nouveau ouverte.»
N’assiste-t-on pas aussi à une sorte d’effet de domino – dès qu’une première entreprise se lance, les autres la suivent?

Les IPO ne surviennent pas «spontanément». Les entrées en bourse se préparent normalement pendant une longue durée, souvent au moins pendant une période de 18 à 24 mois. Dès qu’une entreprise est prête pour une IPO, il est nécessaire d’attendre une fenêtre favorable avec de bonnes conditions de marché. De la sorte, il n’est pas surprenant que plusieurs IPO aient été annoncées les unes après les autres, dès lors, qu’après une phase d’attente, la fenêtre des IPO s’est à nouveau ouverte.

Combien d’IPO anticipez-vous en 2019 en Suisse?

Il est bien possible – en particulier si les conditions cadres restent favorables au cours des prochains trimestres - que d’autres IPO suivent. Mais nous n’avons pas non plus de boule de cristal pour prévoir le nombre d’entrées en bourse qui auront lieu cette année.