Edmond de Rothschild investit dans le risk premia

Nicolette de Joncaire

2 minutes de lecture

EDRAM s’engage dans une expertise clé avec une prise de participation dans ERAAM. Entretien avec Christophe Caspar (photo) et Cyril Julliard.


Christophe Caspar, CEO de l'asset management du groupe Edmond de Rothschild depuis mars.

Edmond de Rothschild annonce aujourd’hui une prise de participation dans ERAAM, société spécialisée dans la gestion quantitative et les primes de risque depuis plus de 20 ans. Pourquoi cet engagement alors qu’Edmond de Rothschild a déjà à sa disposition la méthodologie QuAM (Quantitative Asset Management) fondée sur un modèle mathématique propriétaire qui place la gestion des risques au cœur du processus d'investissement? Entretien avec Christophe Caspar (CC), CEO de l'asset management du groupe Edmond de Rothschild depuis mars, et Cyril Julliard (CJ), cofondateur et CEO d’ERAAM.

Edmond de Rothschild a déjà une équipe de gestion quantitative, pourquoi cette prise de participation?

CC: Effectivement Edmond de Rothschild est présent sur la gestion quantitative depuis 20 ans mais les outils que nous avons développés sont des stratégies de suivi de tendance (trend following) et nous étions à la recherche d’approches complémentaires qui nous permettent de mieux répondre aux attentes de nos clients avec des stratégies reposant sur plusieurs moteurs de performance et investies directement.

La gestion quantitative est clairement l’un des domaines
dans lequel notre groupe a décidé de se renforcer.
Pourquoi cette emphase sur la gestion quantitative?

CC: L’univers de la gestion – et le monde de manière plus générale – s’est complexifié et aujourd’hui aucun gérant ne peut se passer d’une bonne capacité d’analyse des données. La gestion quantitative est clairement l’un des domaines dans lequel notre groupe a décidé de se renforcer, l’une des expertises clé que nous voulons développer.

Comment avez-vous été amenés à vous rapprocher?

CC: Nous sommes toujours à l'affût de sociétés intéressantes et d’opportunités. ERAAM est un acteur réputé de longue date dans le domaine des primes de risque et ses trois grandes stratégies couvrent un très large univers (plus de 6000 actions au niveau mondial, 20 paires de devises et 20 futures), par le biais d’un processus très discipliné et très transparent. Edmond de Rothschild a toujours privilégié la transparence dans ses stratégies de conviction et il n’était pas question que nous utilisions une «boîte noire» pour la gestion quantitative. Au-delà de son expertise, ERAAM nous offrait aussi une culture compatible avec la nôtre.

Pouvez-vous nous en dire davantage sur les méthodes?

CJ: les seuls signaux utilisés ont longtemps été ceux du suivi de tendance. Aujourd’hui, la profondeur des données et les outils informatiques autorisent une analyse beaucoup plus fine de signaux plus nombreux et permettent de mettre en oeuvre de façon systématique le principe des enseignements de Benjamin Graham, maître à penser de Warren Buffet. Les processus se sont industrialisés permettant une plus grande fiabilité et de moindres coûts. Nous avons développé nos propres algorithmes sur des bases de données conçues pour nos propres besoins et couvrant l’ensemble des informations fondamentales sur les résultats des entreprises, enrichies par des données de marché. Notre univers d’investissement couvre l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie Pacifique, soit 90% de la capitalisation boursière mondiale (hors Chine).

Nous comptons développer de nouveaux produits avec ERAAM en nous appuyant
sur leurs équipes composées d’une dizaine de chercheurs et gérants «quant».
Quelles sont vos principales stratégies?

CJ: La première est une stratégie de performance absolue multi-classes d’actifs (actions, obligations, devises, matières premières) de type global macro market neutre dont l’objectif de volatilité est 8%. Construite sur les mêmes principes, la seconde vise une volatilité de 5%. La troisième est une stratégie long/short actions market neutre globale, multifactorielle.

Quelle est la clientèle visée?

CC: Edmond de Rothschild Asset Management apporte son réseau de distribution aux fonds construits par ERAAM qui seront ainsi proposés aux clients institutionnels mais aussi de la banque privée.

D’autres développements sont-ils à anticiper à plus long terme?

CC: Nous comptons développer de nouveaux produits avec ERAAM en nous appuyant sur leurs équipes composées d’une dizaine de chercheurs et gérants «quant». D’un point de vue corporate, cet engagement fait partie d’une stratégie de long terme, la participation de 34% est vouée à s’accroitre.