VZ Holding pâtit d’une charge fiscale supplémentaire au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

Le gestionnaire de fortune, dirigé par Giulio Vitarelli, a connu un développement favorable au premier semestre 2019, conforme aux attentes.

Le groupe financier VZ Holding a connu un développement favorable au premier semestre, conforme aux attentes voire légèrement supérieur. Le bénéfice net a cependant stagné sur un an à 48,7 millions de francs en raison d’une charge fiscale supplémentaire. L’arrivée sur le marché britannique se précise.

Le produit d’exploitation a gonflé de 5,3% à 148,8 millions de francs, indique mercredi le spécialiste zurichois de la gestion de fortune et de la prévoyance. Le résultat brut d’exploitation (Ebitda) s’est inscrit à 69,3 millions, ce qui représente un bond de plus de 10%.

La masse sous gestion de VZ Holding a nettement progressé depuis le début de l’année. A fin juin, elle atteignait 25,6 milliards de francs, contre 23,1 milliards six mois auparavant. Les entrées nettes d’argent ont contribué à la hausse à hauteur de 1,31 milliard, à comparer aux 1,26 milliard du premier semestre 2018.

Le bénéfice mis à part, tous les indicateurs satisfont les attentes du consensus AWP, voire les dépassent. Pour la Banque cantonale de Zurich (ZKB), la forte poussée de l’Ebitda est trompeuse car liée au passage à la norme comptable IFRS 16, ce que souligne également Vontobel.

Dans un commentaire, la banque de gestion zurichoise se dit séduite par la faible dépendance de VZ Holding aux opérations d’intérêts dans un contexte de faiblesse des taux. De son côté, la ZKB salue la performance réalisée dans un environnement difficile, mais n’exclut pas des mouvements d’humeur d’investisseurs peu ravis par l’évolution du bénéfice.

Arrivée à Londres d’ici un ou deux ans

L’effectif de VZ est passé à 924,2 équivalents plein temps (ETP) au terme de la période sous revue, contre 897,5 à fin décembre. Le ratio de fonds propres durs a reculé de 4,3 points de pourcentage à 25,8%.

Au deuxième semestre, les recettes devraient poursuivre leur croissance à un rythme plus élevé, alors que les charges vont augmenter plus modérément, précise dans le communiqué Matthias Reinhart, directeur général. Le bénéfice annuel devrait s’avérer légèrement supérieur à celui de l’exercice précédent.

En conférence de presse, le patron a précisé ses intentions quant à l’arrivée annoncée de VZ sur le marché britannique. Celle-ci devrait se produire d’ici un ou deux ans. La piste privilégiée constitue le rachat d’une petit gestionnaire britannique. Matthias Reinhart n’a cependant pas voulu fournir un calendrier détaillé quant à cette expansion.

La Grande-Bretagne constitue un marché intéressant pour le gestionnaire de fortune zurichois, car son système de retraite est proche de celui de la Suisse, davantage que le régimes allemands ou français, par exemple.

Matthias Reinhart a par ailleurs exclu la répercussion de taux négatifs aux clients pour l’instant. A l’avenir, cette possibilité pourrait être envisagée si VZ venait à devenir trop attractif en termes de dépôts, afin de protéger les relations commerciales existantes. La filiale bancaire de VZ n’a pas vocation «à accumuler des fonds» sur des comptes.

A 12h10, le titre VZ Holding perdait 0,5% à 293,50 francs, dans un SPI en recul de 0,41%.