UniCredit récolte un milliard d’euros avec la cession partielle de Finecobank

AWP

1 minutes de lecture

UniCredit a souligné que cette cession était le premier pas d’une série de mesures financières en préparation du plan stratégique 2020-2023.

La banque italienne UniCredit a annoncé mercredi avoir récolté un milliard d’euros de la cession, lancée la veille, de 17% de Finecobank, réduisant ainsi à quelque 18% sa participation dans cette filiale à laquelle elle compte accorder son indépendance.

Unicredit avait déjà vendu 30% de sa participation après l’arrivée de Jean-Pierre Mustier à sa tête à l’été 2016.

Le dirigeant français a mené une vaste réorganisation de la banque, en cédant diverses participations, en renforçant son capital et en taillant dans les effectifs, et celle-ci va se poursuivre dans les prochains mois.

UniCredit a ainsi souligné que la cession des 17% de Finecobank était «le premier pas d’une série de mesures financières en préparation du plan stratégique 2020-2023 qui sera présenté au marché le 3 décembre 2019 à Londres».

La banque entend en effet renforcer encore son capital en vendant de nouveaux actifs, comme du patrimoine immobilier, réduire le poids des titres d’Etat italien dans son portefeuille et accélérer la cession de ses crédits détériorés.

La procédure de vente des 17% de Finecobank a été lancée mardi de manière accélérée, avec un rabais de 4,4% par rapport au dernier cours de clôture. Elle a permis à UniCredit de récolter 1,014 milliard d’euros.

L’impact sur le ratio de fonds propres durs de la banque, le CET1, un indice qui mesure sa solvabilité, est estimé à 21 points de base, a-t-elle précisé.

UniCredit s’est engagée à ne pas céder de nouvelles actions Finecobank dans un délai de 120 jours.

Les conseils d’administration des deux établissements ont approuvé par ailleurs une série de mesures pour «permettre à Fineco d’agir comme entité complètement indépendante d’un point de vue de la régulation, des liquidités et de manière opérationnelle, également potentiellement en dehors du groupe UniCredit à l’avenir».

Mardi, après cette annonce et celle du lancement de la cession des 17%, le titre UniCredit avait fini en recul de 3,20% à 11,448 euros à la Bourse de Milan, et Finecobank en chute de 7,45% à 10,25 euros, dans une ambiance morose pour l’ensemble du compartiment bancaire.