UniCredit confirme ses objectifs après une forte hausse du bénéfice

AWP

1 minutes de lecture

La hausse du bénéfice net a été portée par des cessions immobilières en Allemagne (258 millions d’euros).

La banque italienne UniCredit a confirmé jeudi ses objectifs pour 2019 après avoir vu son bénéfice net progresser de 24,7% au premier trimestre, un résultat supérieur aux attentes.

La hausse du bénéfice net a été portée par des cessions immobilières en Allemagne (258 millions d’euros) et la «libération» d’une partie des provisions prises (320 millions d’euros) après l’accord passé aux Etats-Unis concernant la violation des sanctions américaines dans plusieurs pays dont l’Iran.

Le bénéfice net a atteint 1,38 milliard d’euros, un chiffre supérieur aux attentes, le consensus des 22 analystes fourni par la banque tablany sur 1,28 milliard d’euros.

Le chiffre d’affaires est ressorti à 4,95 milliards d’euros, en recul de 3% sur un an, en raison de la baisse des commissions. Mais ce résultat est là aussi meilleur qu’attendu (4,88 milliards).

Et son «CET1 fully loaded», indice très suivi par les analystes car il mesure la capacité à faire face à des crises, a progressé à 12,25%, contre 12,07% fin 2018, un niveau très élevé.

Dans ces conditions, la banque a confirmé ses objectifs 2019, notamment un chiffre d’affaires à 19,8 milliards d’euros, un bénéfice net à 4,7 milliards et un CET1 entre 12 et 12,5% à la fin de l’année.

«Alors que nous entrons dans la dernière phase du (plan stratégique) Transform 2019, je suis très satisfait de la performance d’UniCredit au début de 2019», a déclaré le patron de la banque, Jean-Pierre Mustier, cité dans le communiqué.

Vaste réorganisation

Le dirigeant français a évoqué «les meilleurs résultats pour un premier trimestre en une décennie pour la deuxième fois consécutive, montrant le succès de notre plan stratégique et confirmant que nous sommes bien positionnés pour atteindre les objectifs de Transform 2019 d’ici la fin de l’année».

Depuis son arrivée à la tête d’UniCredit à l’été 2016, M. Mustier a mené une vaste réorganisation de la banque, en cédant diverses participations, en renforçant son capital et en taillant dans les effectifs, et celle-ci va se poursuivre dans les prochains mois.

Mardi, la banque a en effet cédé, pour un milliard d’euros, 17% de Finecobank, réduisant ainsi à quelque 18% sa participation dans cette filiale à laquelle elle compte accorder son indépendance.

UniCredit a souligné que cette cession était «le premier pas d’une série de mesures financières en préparation du plan stratégique 2020-2023 qui sera présenté au marché le 3 décembre 2019 à Londres».

La banque entend en effet renforcer encore son capital en réduisant le poids des titres d’Etat italien dans son portefeuille et en accélérant la cession de ses créances douteuses.