UBS met l’accent sur la gestion de fortune aux USA et en Asie

AWP

1 minutes de lecture

La banque précise ses objectifs à l’horizon 2021. Les coûts seront réduits dans la division Corporate Center.

A l’occasion de sa première journée des investisseurs en quatre ans, UBS a précisé jeudi ses ambitions financières pour 2021 et affiné sa stratégie. La grande banque a mis le développement de la gestion de fortune aux Etats-Unis et en Asie parmi ses priorités. Les unités opérationnelles assureront à l’avenir davantage activités administratives afin de travailler plus efficacement.

En termes de charges, le groupe zurichois veut encore faire mieux. Le ratio coût/revenus doit être amélioré à 72% d’ici 2021, contre un objectif de moins de 75% jusqu’à présent. A fin septembre, cet indicateur se situait à 75,9%. Une péjoration à 77% est néanmoins prévue toutefois l’année prochaine.

Les coûts seront réduits en particulier dans la division Corporate Center, à hauteur de 850 millions de francs au cours des trois prochaines années. Cette unité, qui surveille notamment la régulation, sera encore restructurée au début de l’année.

Les mesures comprennent le transfert d’activités administratives («back-office») vers d’autres divisions. Dans ce contexte, quelque 7 milliards de fonds propres ont notamment été réaffectés aux unités concernées. La banque envisage de répercuter un volume d’affaires de 675 millions de francs vers celles-ci.

La restructuration devrait permettre une amélioration du ratio coût/revenu de l’ordre de 2 points de pourcentage.

La banque table sur un rendement des fonds propres durs de 15% en 2019 et 17% en 2021, même en cas d’augmentation de la capitalisation.

A ce titre, UBS affirme être à l’aise avec le niveau de fonds propres actuels. Le ratio CET1 devrait se situer aux alentours de 13% sur la période 2019-2021. A fin septembre, il était à 13,5%. L’objectif de ratio de levier atteint 3,8% (niveau publié au terme du 3e trimestre à 3,7%).

Le numéro un bancaire fonde de grands espoirs sur son activité de gestion de fortune. Le nouvelle division Global Wealth Management (GWM), créée en février, devrait enregistrer une croissance du bénéfice avant impôts de s’approchant de 15% entre 2019 et 2021.

La croissance des entrées nettes d’argent est prévue dans la fourchette 2-4%, avec un moins 3% d’ici 2021, grâce principalement à la clientèle ultra-riche sur les continents américain et asiatique.