SIX transférera en Espagne des activités de clearing après le rachat de BME

AWP

1 minutes de lecture

Lorsque l’OPA sur Bolsas y Mercados Españoles aura abouti, les activités de clearing boursier post-trade seront déplacées à Madrid, a indiqué le CFO Daniel Schmucki.

L’opérateur boursier SIX a l’intention de transférer en Espagne ses activités de clearing boursier post-trade une fois qu’aura abouti son offre publique d’achat (OPA) sur son homologue ibérique Bolsas y Mercados Españoles (BME).

«Nous transférerons notre centre opérationnel de clearing à Madrid» a déclaré le directeur financier (CFO) de l’établissement zurichois, Daniel Schmucki, dans un entretien paru dimanche sur le site d’information financière Cinco Días.

Les activités de clearing de BME ont représenté 9% du chiffre d’affaires réalisé par BME entre janvier et septembre, et ont contribué à l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) à hauteur de 10,7 millions d’euros, rapporte le quotidien économique madrilène.

«Les synergies ne proviendront pas de coupes, mais plutôt d’investissements en recherche et développement», a assuré le CFO de SIX, évoquant une possibilité d’économiser en allouant à BME une partie de la manne annuelle de 140 millions de francs que le groupe zurichois consacre à la R&D.

Face au risque de voir un concurrent - Euronext, Deutsche Börse et l’opérateur boursier hongkongais HKEX ont manifesté leur intérêt - se lancer dans la surenchère, Daniel Schmucki s’estime bien armé, signalant que SIX bénéficie d’un crédit-relais de Credit Suisse et qu’UBS «participera à la coordination de la syndication du financement».

Le quinquagénaire se montre serein avec l’offre actuelle, à 34 euros par action, qui valorise l’opérateur boursier espagnol à 2,84 milliards d’euros, mais affirme également que «le conseil d’administration de BME sera représenté majoritairement par des Espagnols et nous renforcerons les atouts de BME».

Interrogé sur la possibilité de retirer BME de la cote, le responsable a expliqué que cette éventualité sera envisagée si le taux d’acceptation de l’offre venait à dépasser les 90%. «S’il est inférieur, la cotation sera maintenue», a-t-il assuré.