Eurazeo: baisse du chiffre d’affaires au premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

«La stratégie de développement du groupe démontre sa pertinence sur le premier trimestre», se félicite Virginie Morgon, présidente du directoire.

La société d’investissement Eurazeo a enregistré au premier trimestre une baisse de 4,5% de son chiffre d’affaires consolidé à 1,3 milliard d’euros du fait de la chute d’activité de sociétés de son portefeuille exposées au tourisme et loisirs.

Hors l’impact de ces sociétés, le chiffre d’affaires aurait été stable sur le premier trimestre, mentionne le groupe dans un communiqué publié mardi.

Ce résultat s’entend à périmètre constant, afin de maintenir une comparabilité au fil des acquisitions et cessions réalisés chaque trimestre. A périmètre et change constants, le chiffre d’affaires consolidé ressort en baisse de 4,6%.

«La stratégie de développement du groupe, fondée sur la diversification de ses actifs, de ses géographies et de ses sources de financement démontre sa pertinence sur le premier trimestre», se félicite Virginie Morgon, présidente du directoire, citée dans le communiqué.

L’actif net réévalué (ANR), indicateur-clé pour le secteur, s’élève à 78,4 euros par action à fin mars. L’ANR correspond à la valeur estimée des différentes participations du groupe retraitée du montant des dettes.

Le chiffre avancé mardi par Eurazeo «est celui de fin décembre ajusté de la variation des titres cotés (Europcar et Farfetch, ndlr) et de la trésorerie d’Eurazeo», a précisé Philippe Audouin, directeur financier du groupe, expliquant que désormais la revalorisation des «actifs non cotés, qui représentent 98% de l’ANR» intervient deux fois par an, fin juin et fin décembre.

Concernant Europcar, qui a négocié âprement début avril un prêt de 223 millions d’euros auprès des banques pour sauver son activité brutalement freinée par la crise, Eurazeo dit sa position inchangée.

«Bien qu’ayant annoncé notre intention de revoir notre position chez Europcar, nous avons malgré tout (...) accompagné le financement d’Europcar dans cette période difficile mais nos projets ne changent pas pour autant», a déclaré M. Audouin lors d’une téléconférence de presse.

La «réflexion» autour du désengagement d’Europcar sera poursuivie «lorsque la période sera stabilisée et lorsque nous aurons plus de visibilité», a-t-il ajouté.

La société d’investissement a indiqué disposer d’une trésorerie nette de 345 millions d’euros à fin mars contre 533 millions d’euros à fin décembre, les variations s’expliquant essentiellement par des «investissements et réinvestissements pour un montant total de 150 millions d’euros» et «30 millions d’euros d’achat d’actions», a détaillé M. Audouin.

A lire aussi...